Skip to content
Le président du BAPE part pour Hydro-Québec

Le président du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) du Québec quittera son poste quatre mois avant la fin de son mandat, à la mi-juillet, pour aller travailler à Hydro-Québec.

Publié à 15h14

Le président du BAPE part pour Hydro-Québec

Jean-Thomas Léveillé
La presse

Philippe Bourke occupera un nouveau poste de directeur de l’activation et de l’intégration du développement durable au sein de l’entreprise publique.

« L’intention est qu’on passe à un autre niveau », dit-il, évoquant la question du changement climatique et celle de la biodiversité.

On veut vraiment intégrer ça partout dans la structure, dans la chaîne de valeur de l’organisation.

Philippe Bourke

Ironiquement, Hydro-Québec est l’une des organisations qui a accumulé le plus de sanctions environnementales au Québec au cours de la dernière décennie, rapporte La presseen janvier.

L’entreprise publique et ses filiales ont été sanctionnées 24 fois entre 2013 et 2019, écopant d’amendes totalisant plus d’un demi-million de dollars.

« De toute évidence, cela va être une préoccupation et ce sera l’une des choses auxquelles je vais vouloir faire attention, [mais] le développement durable n’est pas la même chose que l’environnement », répond Philippe Bourke.

« Il faut intégrer l’économique, le social, j’en ai fait un devoir depuis le début de ma carrière », explique celui qui a été pendant 20 ans le directeur du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec.

Pas de tension

Philippe Bourke quitte le BAPE alors qu’il était le premier président qui aurait pu briguer un second mandat, une possibilité introduite dans la réforme de la Loi sur la qualité de l’environnement (LQE) de 2017.

« J’avais besoin de nouveaux défis », explique-t-il, assurant qu’il quitte l’organisation « dans la sérénité ».

Personne ne me pousse dehors et je ne m’enfuis pas parce que quelque chose s’est passé.

Philippe Bourke

Le président démissionnaire se dit fier de son parcours au BAPE, qu’il estime avoir su transformer.

Il évoque notamment le virage numérique de l’organisation, accéléré par la pandémie de COVID-19.

« Nous parlons d’une organisation dont Entreprise est de faire des rassemblements de citoyens dans des salles, et là, on ne pouvait plus rassembler les gens », se souvient M. Bourke.

Les changements apportés resteront en place car ils offrent de nouvelles opportunités et améliorent la capacité des gens à participer aux consultations publiques, a-t-il déclaré.

turbulence

Philippe Bourke a également dû prendre la défense du BAPE, notamment lors des audiences publiques sur le projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel d’Énergie Saguenay, de GNL Québec.

« Il y a eu des turbulences », métaphorise-t-il, estimant qu’il fallait « corriger les malentendus. »

L’intégrité du président de la commission a été mise en cause et, par extension, la mienne, ce fut une période difficile pour le Bureau.

Philippe Bourke

Le président démissionnaire se dit également fier des deux mandats génériques réalisés par son organisation, celui sur l’amiante et celui sur la gestion des matières résiduelles.

Ces réflexions sont « porteuses et structurantes », estime-t-il.

« On le voit dans La presse cette [jeudi] matin, encore une fois, qu’on avait besoin de cette réflexion et j’espère qu’elle servira à corriger les lacunes du secteur des matières résiduelles », a-t-il dit, faisant référence au site d’enfouissement de Lachenaie, qui ferme ses portes à certains clients, de peur de dépasser sa limite autorisée.

Le vice-président assurera l’intérim

Le président du BAPE part pour Hydro-Québec

PHOTO FOURNIE PAR L’OFFICE DES AUDIENCES PUBLIQUES SUR L’ENVIRONNEMENT

Marie-Hélène Gauthier

Le Conseil des ministres a annoncé mercredi la nomination de l’actuelle vice-présidente du BAPE, Marie-Hélène Gauthier, à titre de présidente par intérim, à compter du 16 juillet. Mme Gauthier, qui est avocate et a enseigné à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université de Montréal, a été membre à temps partiel du BAPE de 2012 à 2018, puis membre à temps plein à partir de 2018, et vice-recteur depuis septembre 2021. Le processus de recrutement pour combler officiellement la présidence devrait être lancé après les élections d’octobre prochain.

Les présidents (et le président) du BAPE

  • 2017-2022 : Philippe Bourke
  • 2012-2017 : Pierre Baril
  • 2007-2012 : Pierre Renaud
  • 2005-2007 : William J. Cosgrove
  • 1997-2005 : André Harvey
  • 1995-1997 : Claudette Journault
  • 1991-1995 : Bertrand Tétreault
  • 1990 : Michel Dorais
  • 1987-1989 : Victor C. Goldbloom
  • 1983-1987 : André Beauchamp
  • 1982-1983 : P.-Réal L’Heureux
  • 1979-1982 : Michel Lamontagne

Source : Bureau des audiences publiques sur l’environnement

Apprendre encore plus

  • 1978
    Année de création du BAPE

    source : Bureau d’audiences publiques sur l’environnement


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.