Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Le procureur général de Floride, malgré les critiques, cherche à maintenir l’amendement sur le droit à l’avortement hors du scrutin de 2024


TALLAHASSEE, Floride (AP) — Le procureur général républicain de Floride a demandé à la Cour suprême de l’État de maintenir un projet d’amendement sur le droit à l’avortement hors du scrutin, affirmant que ses partisans mènent « une guerre » pour protéger la procédure et chercheront finalement à étendre ces droits dans années futures.

Mais les partisans de l’amendement proposé ont déclaré que le procureur général fait de la politique et que ses arguments sont juridiquement insuffisants compte tenu du langage clair et précis de la mesure proposée.

Un groupe appelé Floridians Protecting Freedom a rassemblé près de 500 000 des 891 523 signatures d’électeurs nécessaires avant la date limite du 1er février pour que la proposition soit inscrite au scrutin de 2024. La Cour suprême de l’État serait chargée de veiller à ce que le langage du scrutin ne soit pas trompeur et s’applique à un seul sujet s’il est soumis aux électeurs.

L’amendement proposé permettrait aux avortements de rester légaux jusqu’à ce que le fœtus soit viable. Mais Moody a fait valoir que les partisans et les opposants du droit à l’avortement ont des interprétations différentes quant à ce que signifie la viabilité. Ces différences, ainsi que l’incapacité de définir « santé » et « prestataire de soins de santé », a-t-elle déclaré, sont suffisantes pour tromper les électeurs et potentiellement ouvrir une boîte de questions juridiques à l’avenir.

« Le résumé du scrutin ici fait partie d’un projet visant à poser des bombes à retardement qui permettront aux partisans de l’avortement de faire valoir plus tard que l’amendement a une signification beaucoup plus large que ce que les électeurs auraient pu imaginer », a-t-elle soutenu dans un mémoire de 50 pages. .

Elle a déclaré que même si des décisions de justice antérieures utilisaient la viabilité comme terme signifiant si le fœtus peut survivre en dehors de l’utérus, « d’autres comprendront la « viabilité » dans le sens clinique plus traditionnel – comme faisant référence à une grossesse qui, sans un avortement ou un autre malheur. , entraînera la naissance vivante de l’enfant.

Les partisans ont contesté ces déclarations.

« L’amendement proposé est très clair et précis », a déclaré la représentante démocrate Anna Eskamani dans un communiqué de presse. « Le terme viabilité est un terme médical et, dans le contexte de l’avortement, il désigne toujours le stade de développement fœtal au cours duquel la vie du fœtus est durable en dehors de l’utérus grâce à des mesures médicales standard. »

Moody a également fait valoir que le langage qui autorise les avortements après le point de viabilité pour protéger la santé de la mère ne fait pas de distinction entre la santé physique et mentale. Elle a également déclaré que les électeurs pourraient supposer qu’un prestataire de soins de santé est un médecin, mais l’amendement ne le dit pas explicitement.

Les Républicains dominent la politique de l’État et contrôlent le bureau du gouverneur et les deux branches de l’Assemblée législative depuis 1999. Depuis 1999, l’État a systématiquement réduit le droit à l’avortement, notamment en créant une période d’attente avant que la procédure puisse être pratiquée, en informant les parents si les mineurs demandent l’avortement et obliger les femmes à subir une échographie avant d’avorter.

Une loi approuvée l’année dernière par le gouverneur DeSantis interdisant l’avortement après 15 semaines est contestée devant les tribunaux.

Si les tribunaux respectent la loi – DeSantis a nommé cinq des sept juges de la Cour suprême – un projet de loi signé par DeSantis cette année interdirait l’avortement après six semaines, c’est-à-dire avant que de nombreuses femmes sachent qu’elles sont enceintes. DeSantis, candidat à la présidence, a déclaré qu’il soutiendrait une interdiction fédérale de l’avortement après 15 semaines.

Si l’amendement est voté, il devra obtenir l’approbation d’au moins 60 % des électeurs pour prendre effet.

Yahoo News

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page