Skip to content
Le Québec signale 15 cas confirmés de monkeypox

Les cas de monkeypox continuent de s’accumuler au Québec alors que le ministère de la Santé rapporte maintenant 15 cas confirmés d’infections.

Publié à 17h11

Santé Québec a annoncé ce nouveau signalement dans un message publié sur Twitter mardi après-midi.

Selon les informations mises à disposition par le ministère, les symptômes de l’infection « consistent principalement en des lésions cutanées au niveau de la bouche et des parties génitales ». Les autres symptômes comprennent la fièvre, les sueurs nocturnes, les maux de tête, les ganglions enflés et les douleurs articulaires ou musculaires.

Les personnes qui ont eu des contacts sexuels avec un cas suspect ou qui vivent dans le même foyer qu’un cas suspect sont invitées à surveiller elles-mêmes les symptômes au cours des 21 prochains jours. Il est également mentionné que les personnes infectées pourraient être contagieuses jusqu’à cinq jours avant l’apparition de leurs symptômes.

En cas d’apparition de symptômes, les personnes sont invitées à s’isoler à domicile, à porter un masque, à recouvrir leurs lésions et à consulter un professionnel de santé en les informant au préalable de la situation.

Une maladie rare

Aussi appelée « monkey pox », cette maladie virale rare fait partie de la famille de la variole, mais reste plus bénigne. Elle est généralement limitée à l’Afrique. De rares cas aux États-Unis et ailleurs sont généralement liés à des voyages.

Cependant, des cas ont récemment été confirmés ou suspectés dans un certain nombre de pays, dont le Royaume-Uni, le Portugal et l’Espagne.

La plupart des infections durent de deux à quatre semaines. Les infections par cette souche de monkeypox sont mortelles chez environ 1 personne infectée sur 100, mais le taux de mortalité peut être plus élevé chez les personnes immunodéprimées.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.