le résumé de l’élimination des tenants du titre par la Nati

C’est la première sensation de la compétition. L’Italie, tenante du titre, a été battue (2-0) par la Suisse, samedi 29 juin à Berlin en huitièmes de finale du Championnat d’Europe des nations. La Nati a maîtrisé le match face à une équipe italienne peu séduisante et en manque cruel d’inspiration.

Avec ce résultat, la Suisse se qualifie pour la deuxième fois consécutive de son histoire pour les quarts de finale de la compétition, après avoir éliminé la France à ce stade lors de l’Euro 2020 (disputé en 2021).

Elle affrontera le vainqueur du match Angleterre-Slovaquie le samedi 6 juillet à Düsseldorf à 18h.

Revivez | L’Italie, tenante du titre, éliminée par la Suisse en huitièmes de finale de l’Euro

Ce que vous devez vous rappeler

Une passe décisive et un but. Dans un match où la Suisse a largement dominé son adversaire, l’attaquant d’Augsbourg (Allemagne) a su tirer son épingle du jeu en se montrant décisif à deux reprises… sur les deux buts inscrits par son équipe.

1-0, 37et :Sur son côté gauche, Ruben Vargas trouve Remo Freuler dans la surface italienne grâce à une passe ultra précise. Le milieu suisse contrôle le ballon et enchaîne avec une volée du pied gauche qui ne laisse aucune chance au gardien italien Gianluigi Donnarumma.

2-0, 46e : Quelques secondes après le début de la seconde période, Ruben Vargas a été trouvé dans la surface et avec une sublime frappe enroulée du pied droit, a trompé Gianluigi Donnarumma.

La Nati a marqué lors de chacun de ses sept derniers matches à l’Euro : c’est la meilleure série de son histoire dans la compétition.

  • Le tournant du match : la poste italienne.

À 51 anse minute du match, sur un centre inoffensif de Nicolo Fagioli, le défenseur suisse Fabian Schar envoie le ballon vers la cage de son gardien, Yann Sommer. Heureusement pour le gardien suisse, la tête de son coéquipier heurte le poteau gauche alors qu’il était battu.

  • La phrase : Luciano Spalletti, sélectionneur de l’Italie, s’adressant à BeIN Sports :

« La fraîcheur a fait la différence aujourd’hui. Je pensais que nous récupérerions mieux, mais la température ne nous a pas aidé. Nous n’avons pas réussi à faire l’effort ensemble, alors nous l’avons payé. Pour le futur ? Nous allons avoir besoin d’une équipe avec plus de vitesse et plus de sens du sacrifice. »

Cette rencontre fut agréable parce qu’elle fut surprenante : il était difficile de prévoir que l’Italie serait éliminée sans marquer le moindre but. Mais justement, la Nazionale n’offrit pas suffisamment de résistance pour que les débats s’emballent. Jusqu’aux années 70e minute, les Italiens ne s’approchaient pas du but de Yann Sommer. Les Suisses, encore une fois très efficaces et agréables à regarder jouer, n’en demandaient pas tant.

Les joueurs italiens Nicolo Barella, Lorenzo Pellegrini et le capitaine Gianluigi Donnarumma sont stupéfaits après l'élimination de leur équipe, samedi 29 juin à Berlin, en Allemagne.
Réutiliser ce contenu