Le RN devant la gauche, la Macronie en net recul

La dissolution et la hausse de la participation ont profité aux troupes de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon. Le duel qui s’opère entre eux laisse peu de place au camp présidentiel et à la droite LR.

Des résultats qui sonnent comme une sanction. Et qui annoncent un possible bouleversement historique. A l’issue du premier tour des législatives anticipées, et à peine trois semaines après la dissolution surprise de l’Assemblée nationale, les troupes d’Emmanuel Macron ont subi un très lourd revers dimanche. Selon les estimations de l’Ifop à 21h30, le Rassemblement national est largement en tête du scrutin, avec environ 33,5% des voix au niveau national.

Un résultat presque deux fois plus élevé que celui qu’il a obtenu en 2022. Annoncée par tous les instituts de sondage ces derniers jours, après la percée de Jordan Bardella aux élections européennes, la vague bleu marine n’a pu être endiguée par les troupes macronistes. Au contraire. Ce raz-de-marée nationaliste pourrait même présager, s’il se confirmait la semaine prochaine, d’une probable domination du RN à la Chambre basse. Du jamais-vu.

Ce premier tour a été marqué par une participation record depuis 1997, le précédent

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Vente flash

1 € par mois pendant 3 mois. Aucun engagement.

Déjà abonné ? Connectez-vous