Skip to content
Le road trip excentrique de Tim Minchin et Milly Alcock est irrésistible

La première série de Droit (Sky Comedy/NOW), une comédie dramatique australienne créée par le muso-comédien polymathe Tim Minchin, a commencé par un accident de voiture. Je me souviens à l’époque (2019) avoir pensé que tout écrivain si désespéré d’amener deux personnages dans l’orbite l’un de l’autre qu’il les écrase littéralement l’un dans l’autre aurait besoin de nouvelles idées d’intrigue. (Le touriste a ensuite fait la même chose un an plus tard.)

Mais tout a été rapidement oublié parce que Meg (Milly Alcock), une adolescente déchirante des boondocks, et Lucky (joué par Minchin lui-même), un musicien toujours perplexe, étaient une si bonne compagnie. Leur odyssée comique de Sydney à Perth dans un camion battu avec un piano droit à l’arrière était une huée. Qui se souciait si leur rencontre initiale était un stratagème ?

La série s’est terminée avec eux à nouveau séparés, et donc en termes d’histoire au moins, nous étions de retour là où nous avions commencé. Comme si souvent, cependant, les exigences des dirigeants de la télévision se heurtaient aux principes de base de la réalité : que Meg et Lucky se lancent dans une deuxième aventure éclair… eh bien, qu’est-ce qui pourrait bien les réunir ?

Ravi de signaler que Minchin et ses co-scénaristes ne se soucient pas une fois de plus du « comment ». Quatre ans plus tard, Lucky a obtenu le succès musical dont il rêvait, mais cela ne lui a apporté que de l’alcool et des soucis. Et puis – pouf ! – Meg arrive. Mieux encore, elle a une quête qui ressemble étrangement à un drame télévisé en huit épisodes (elle veut retrouver sa mère perdue depuis longtemps dans le Queensland). Et c’est ainsi qu’ils repartent.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.