Skip to content
Le Royaume-Uni tire la sonnette d’alarme sur la détection d’un virus mortel – RT World News


Les autorités ont mis en garde contre la propagation de la communauté après la découverte de traces de poliovirus dans les eaux usées de Londres

Des traces du virus causant la poliomyélite ont été trouvées dans des échantillons d’eaux usées dans le nord et l’est de Londres, a annoncé mercredi l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA). Les autorités pensent que le virus est dérivé d’un vaccin vivant encore utilisé dans certains pays et amené au Royaume-Uni par un voyageur étranger. Bien qu’aucun incident de propagation communautaire n’ait encore été trouvé, les responsables de la santé avertissent qu’il est « probable. »

Le virus a été identifié comme étant le poliovirus dérivé d’un vaccin de type 2 (VDPV2) et a été détecté plusieurs fois entre février et mai au London Beckton Sewage Treatment Works à Newham.

Les responsables de l’UKHSA disent que les échantillons de virus sont « étroitement liés » mais de personnes différentes, et que le virus a déjà muté deux fois, suggérant une propagation communautaire.

Les responsables de la santé tentent de localiser les personnes qui pourraient avoir été infectées et affirment que le risque global pour le public est « extremement bas. »

La Grande-Bretagne a été officiellement déclarée exempte de poliomyélite en 2003, mais les visiteurs étrangers sont parfois porteurs du virus. Si une propagation communautaire est détectée, il s’agirait de la première infection domestique par la poliomyélite au Royaume-Uni depuis 1984.


Les enfants britanniques prennent normalement trois doses du vaccin contre la poliomyélite à un âge précoce. Alors que le taux national de vaccination est supérieur à 92 %, Londres est cependant à la traîne avec un peu moins de 87 %. Le vaccin oral encore utilisé dans certains pays où la maladie n’a pas été complètement éradiquée pourrait être le coupable dans ce cas, avec un voyageur « perte » le virus affaibli.

Deux des trois souches de « sauvage » la poliomyélite a été éradiquée dans une grande partie du monde grâce à une campagne de vaccination agressive. Le dernier cas de type 2 a été détecté en 1999 et le dernier cas de type 3 en 2012. Cependant, la poliomyélite sauvage de type 1 reste endémique en Afghanistan et au Pakistan.

Le poliovirus peut se propager par des gouttelettes ou par contact direct avec des surfaces contaminées par des matières fécales. La plupart des personnes infectées ne présentent aucun symptôme, environ 25 % d’entre elles manifestant des douleurs pseudo-grippales. Environ un à cinq sur 1 000 peuvent développer des symptômes plus graves, car le virus attaque le cerveau et la moelle épinière. Dans un petit nombre de cas, le virus affecte les muscles, entraînant une paralysie et une invalidité permanente – ou la mort, dans les cas où les muscles qui aident les gens à respirer sont touchés.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.