le sexe n’est pas quelque chose qui est « assigné » à la naissance comme le déclarent de nombreuses institutions médicales


SSi l’on en croit l’American Medical Association, le mot « sexe » – comme dans « homme ou femme » – est problématique et obsolète. Désormais, nous devrions tous utiliser la formulation « plus précise » de « sexe assigné à la naissance ». L’American Psychological Association est d’accord : les termes « sexe à la naissance » ou « sexe natal » devraient être évités parce qu’ils sont « péjoratifs » et parce qu’ils « impliqueraient à tort que le sexe est une caractéristique immuable ».

La newsletter des débats et opinions

Tous les vendredis à 7h30

Recevez notre sélection d’articles tirés de notre rubrique Débats, pour comprendre les vrais enjeux du monde d’aujourd’hui et de notre société

MERCI !
Votre inscription a été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisation et notre politique de confidentialité.

L’American Academy of Pediatrics n’est pas en reste : « le sexe », nous dit l’AAP, est « une mission qui se fait à la naissance ». L’American Psychiatric Association, qui a utilisé la distinction « homme/femme » dans la quatrième édition de son Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, publié en 1994, est passé à « homme/femme à la naissance » dans sa cinquième édition en 2013, pour finalement préférer « individu assigné mâle/femelle à la naissance » dans sa version révisée de 2022. Et maintenant, ce sont même les Centres de contrôle des maladies et une prévention qui nous pousse à dire « homme/femme désigné à la naissance » ou « homme/femme désigné à la naissance » plutôt que « homme/femme biologiquement » ou « homme/femme génétiquement ».

LIRE AUSSI JK Rowling a raison : le sexe est une réalité biologique

Les défenseurs de ces révisions lexicales avancent des raisons dites scientifiques et l’idée que la terminologie traditionnelle du masculin et du féminin nuirait à « l’inclusivité » et à « l’équité ». Mais ces justifications ne tiennent pas la route. Et la novlangue des associations médicales en vient à défigurer même de simples faits scientifiques.

Un savoir qui remonte à plus d’un siècle

Presque tous les animaux, mais aussi de nombreuses plantes, se reproduisent sexuellement. Chez presque toutes les espèces multicellulaires qui se reproduisent sexuellement, cela se fait en combinant un gros gamète, appelé ovule (ou ovule), avec un petit, appelé spermatozoïde. Bien que certaines plantes et animaux (appelés « hermaphrodites ») produisent à la fois des ovules et du sperme, il n’existe aucune espèce de mammifère hermaphrodite. Chez les mammifères, chaque individu ne produit qu’un seul type de gamète. Les individus produisant (en petites quantités) des œufs sont appelés femelles ; ceux qui produisent (beaucoup) de spermatozoïdes sont appelés mâles. Le fait qu’un embryon de mammifère devienne mâle ou femelle est déterminé par une paire de chromosomes sexuels : XX pour les femelles, XY pour les mâles.

LIRE AUSSI Je suis une femme trans, ce qui ne m’empêche pas de m’accepter comme un homme biologique

En bref, chez tous les animaux, le sexe est défini par la taille des gamètes ; Chez tous les mammifères, le sexe est déterminé par les chromosomes sexuels ; et il n’y a que deux sexes, pas plus : le mâle et la femelle.

Ce qui n’est évidemment pas une découverte : ces connaissances datent de plus d’un siècle et constituent un élément de base de tout cours de biologie au collège.

Évidemment, certaines personnes sont incapables de produire des gamètes viables en raison d’une mutation ou d’une anomalie du développement prénatal. Mais un individu stérile possédant un chromosome Y reste un homme, tout comme un unijambiste reste un membre à part entière de notre espèce bipède.

Le sexe n’est pas  » attribué »mais  » déterminé » pendant la conception

De manière assez spécieuse, on parle beaucoup du très petit nombre d’êtres humains nés avec des configurations chromosomiques autres que XX et XY. Le plus courant, le syndrome de Klinefelter (XXY), touche environ 0,1 % des naissances vivantes. Il en résulte des individus anatomiquement masculins, mais souvent stériles. Certaines anomalies extrêmement rares, comme le syndrome de La Chapelle (0,003 %) et le syndrome de Swyer (0,0005 %), peuvent en effet être exclues de la classification standard homme/femme. Malgré cela, la division sexuelle est d’une binaire extrêmement claire, aussi binaire que le sont toutes les distinctions en biologie.

Mais alors, qu’en est-il des affirmations des institutions médicales sur le « sexe assigné à la naissance » ?

Le prénom d’un bébé est attribué à la naissance, personne n’en doute. Mais le sexe d’un bébé n’est pas « assigné » ; elle est déterminée dès la conception puis observée à la naissance, d’abord par examen des organes génitaux externes, puis, en cas de doute, par analyse chromosomique. Bien entendu, toute observation peut être erronée et, dans de rares cas, le sexe indiqué sur l’acte de naissance sera inexact et devra alors être rectifié. Mais la faillibilité de l’observation ne change rien au fait que ce qui est observé – le sexe d’une personne – est une réalité biologique objective, au même titre que son groupe sanguin ou ses empreintes digitales, et non quelque chose qui lui est propre. « assigné » de l’extérieur. Avec leurs grandes déclarations, nos institutions médicales font écho à un constructionnisme social devenu fou.

LIRE AUSSI Steven Pinker : « Les différences entre les sexes ne devraient pas être taboues ! »

Le sexe biologique, une notion fondamentale à défendre

Le sexe est une caractéristique fondamentale de l’espèce humaine ; c’est une variable clé en psychologie, en sociologie et en politique publique. Dans le monde, ce sont les hommes qui commet la grande majorité des homicides ; les femmes qui sont beaucoup plus susceptibles d’élever seules leurs enfants. Ces distinctions reflètent peut-être des vérités statistiques et non absolues, mais leur importance est réelle. Notre discours public s’appauvrit et se dégrade si nous sommes incapables de parler et d’écrire clairement et directement sur le sexe. Et nulle part la dévastation n’est plus évidente qu’en médecine.

Depuis des décennies, les féministes déplorent le fait que la variable sexe soit négligée dans les diagnostics et les soins médicaux, et protestent contre l’hypothèse tacite selon laquelle le corps des femmes réagit de la même manière que celui des hommes. Il y a deux ans, la prestigieuse revue médicale La Lancette a finalement admis ces critiques, sans toutefois se résoudre à utiliser le mot « femme ». Au lieu de cela, le magazine titrait pompeusement : « Historiquement, l’anatomie et la physiologie des corps dotés d’un vagin ont été négligées. » Il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui, même cette concession à double tranchant risque de se perdre, la négation du sexe biologique freinant la formation des futurs médecins.

LIRE AUSSI Les femmes auront (enfin) un meilleur accès aux innovations en matière de santé

Distorsion des faits scientifiques

Nul doute que la nouvelle réticence du corps médical à aborder honnêtement la réalité biologique découle d’une volonté, tout à fait louable, de défendre l’humanité et les droits des personnes transgenres. Mais si l’objectif est légitime, la méthode est loin d’être judicieuse. Protéger les personnes transgenres contre la discrimination et le harcèlement ne nécessite pas d’agir comme si le genre était simplement « attribué ».

Déformer les faits au service d’une cause sociale ou politique, aussi juste soit-elle, n’est jamais justifié. Si la cause est véritablement juste, elle peut être défendue en acceptant pleinement la réalité factuelle. Si cela n’est pas possible, la cause n’est pas juste.

LIRE AUSSI Comment l’activisme trans entrave la recherche scientifique

Et lorsque des organisations qui se prétendent scientifiques déforment les faits scientifiques au service d’une cause sociale, elles sapent non seulement leur propre crédibilité, mais aussi celle de la science en général. Comment pouvons-nous espérer que le public fasse confiance à la profession médicale sur d’autres questions controversées comme les vaccins – des questions sur lesquelles le consensus médical est en fait juste – alors qu’elle déforme si visiblement et de manière aussi flagrante les faits sur un tel sujet ? simple comme le sexe ?

*Alan Sokal est professeur de mathématiques à l’University College de Londres et professeur émérite de physique à l’Université de New York. Nous lui devons notamment Impostures intellectuelles (avec Jean Bricmont) ainsi que Pseudosciences et postmodernisme : adversaires ou compagnons de route ?

*Richard dawkins est biologiste et professeur émérite de sciences populaires à l’Université d’Oxford. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, dont Le gène égoïste Et Il était une fois nos ancêtres : une histoire d’évolution.

Une version de cette chronique a été publié en anglais dans le Boston Globe. Sa traduction française (par Peggy Sastre) a été réalisée avec l’aimable autorisation des auteurs.