Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Le sommet britannique réduit les ambitions mondiales de recherche sur l’IA, selon une fuite d’un document – ​​POLITICO


LONDRES — Les espoirs du Premier ministre Rishi Sunak d’obtenir un accord international pour un nouvel organisme scientifique axé sur les risques liés aux systèmes d’IA les plus puissants ont été déçus, selon un communiqué final du sommet obtenu par POLITICO.

Même si les pays participant au sommet sur la sécurité de l’IA au Royaume-Uni seront d’accord sur le fait que l’IA pourrait causer « des dommages graves, voire catastrophiques », ils devront signaler qu’une étude scientifique plus approfondie de la question pourrait être menée dans le cadre des efforts de collaboration existants, y compris le Nations Unies et Partenariat mondial sur l’IA.

Le document, daté du 25 octobre, a été présenté par le Secrétariat général du Conseil européen aux États membres de l’UE. Il est décrit comme la « version finale du communiqué ». Un calendrier consulté par POLITICO indiquait que le mercredi 25 octobre était la date limite finale pour approuver le communiqué.

La référence à un réseau qui « englobe et complète » les efforts existants est un changement par rapport à une version antérieure de la déclaration, également obtenue par POLITICO. Le projet précédent indiquait seulement que le réseau devrait « soutenir » la collaboration multilatérale, et ne faisait pas référence à l’ONU.

L’ONU a annoncé la création d’un organe consultatif de haut niveau sur l’IA en août et devrait nommer ses membres jeudi. Il devrait présenter un rapport final d’ici septembre 2024.

Ce changement sera perçu comme un coup dur pour le gouvernement britannique, qui espérait créer un nouvel organisme mondial de recherche sur l’IA lors de son sommet phare sur la sécurité de l’IA les 1er et 2 novembre.

Un responsable britannique connaissant bien le sommet a déclaré que le pays négociait toujours des modifications au document et a contesté le fait que la nouvelle formulation reflète une réduction de ses ambitions.

« Je pense sincèrement que c’est le contraire », a déclaré le responsable qui a bénéficié de l’anonymat pour discuter des négociations multilatérales. « C’est du moins l’intention, d’après les commentaires que nous avons reçus. »

Autre coup dur pour le Royaume-Uni, une référence antérieure aux « futurs sommets internationaux sur la sécurité de l’IA » est désormais entre crochets, ce qui suggère que les gouvernements ne sont pas parvenus à un accord. La secrétaire britannique à la Technologie a déclaré mardi qu’elle espérait que le sommet de Bletchley Park serait le « premier d’une longue série ».

Dans d’autres changements, une référence à la Recommandation de l’UNESCO sur l’éthique de l’IA et au G20 a été supprimée. Même si les raisons ne sont pas claires, la Chine est membre des deux organismes.

Le communiqué final ajoute également que les politiques de gouvernance proportionnées « pourraient inclure l’établissement, le cas échéant, de classifications et de catégorisations des risques en fonction des circonstances nationales et des cadres juridiques applicables » et note « la pertinence de la coopération, le cas échéant, sur des approches telles que des principes et codes communs ». De conduite. »

Un autre document, également obtenu par POLITICO et attribué au Secrétariat général du Conseil européen, indique que les commentaires d’un groupe de travail de l’UE sur le projet de déclaration précédent cherchaient à l’aligner « encore plus étroitement sur l’approche de l’IA poursuivie par l’Union ». notamment comme en témoignent les travaux sur la loi sur l’IA.

Cette histoire a été mise à jour pour inclure le commentaire du responsable britannique.

Politc

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page