Skip to content
Le Trésor et l’État sanctionnent l’Iran pour la mort d’une femme détenue par la police de la moralité


Les départements du Trésor et de l’État ont annoncé jeudi de nouvelles sanctions contre la police de la moralité iranienne et d’autres hauts responsables de la sécurité à la suite du décès de Mahsa Amini, un Iranien de 22 ans décédé alors qu’il était détenu par les autorités pour avoir prétendument violé le code vestimentaire strictement appliqué pour femmes.

Amini, dont la mort a déclenché des protestations dans tout l’Iran, a été arrêtée le 13 septembre pour avoir soi-disant porté un hijab trop lâche. Les responsables iraniens affirment que la mort d’Amini à l’hôpital de Kasra, dans le nord de Téhéran, trois jours après son arrestation, était le résultat d’une crise cardiaque, mais les responsables de l’hôpital ont signalé qu’Amini était arrivée avec un grave traumatisme cérébral causé par « de multiples coups à la tête ».

Outre la police de la moralité, le Bureau du contrôle des avoirs étrangers du Trésor a annoncé dans un communiqué de presse des sanctions à l’encontre de sept hauts dirigeants d’un certain nombre d’organisations de sécurité iraniennes, notamment le ministère du renseignement et de la sécurité du pays, les forces terrestres de l’armée, les forces de résistance Basij et forces de l’ordre, les accusant « d’abus et de violence contre les femmes iraniennes et de violation des droits des manifestants iraniens pacifiques ».


Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.