Skip to content
Le tueur en série Charles Sobhraj, alias « le Serpent », est arrivé à Paris

Le Français Charles Sobhraj, reconnu coupable de plusieurs meurtres dans les années 1970 en Asie, est rentré samedi matin en France après avoir été libéré de prison au Népal, où il a passé près de 20 ans en détention.

Il est de retour en France. Le tueur en série français Charles Sobhraj, 78 ans, alias « Le Serpent », déporté par les autorités du Népal après y avoir passé vingt ans en prison pour le meurtre de deux touristes nord-américains, est rentré à Paris samedi 24 décembre, selon un aéroport. la source.

Soupçonné d’une vingtaine de meurtres dans les années 1970 en Asie, l’homme qui a inspiré une série diffusée sur Netflix est arrivé à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle à bord d’un avion en provenance de Doha, au Qatar, et a été immédiatement pris en charge par la police des frontières pour « identité ». contrôles », selon la même source, qui a précisé qu’il n’était « ni recherché ni poursuivi » en France. Une fois ces contrôles effectués, il pourra quitter l’aéroport, a-t-elle ajouté.

Surnommé le « tueur de bikini » en Thaïlande et « le serpent », Charles Sobhraj, 78 ans, vient de sortir de prison au Népal où il a passé près de 20 ans en détention. La Cour suprême du Népal a ordonné mercredi la libération de Charles Sobhraj, citant son âge, nécessitant une opération à cœur ouvert, après avoir purgé 19 des 20 ans de prison auxquels il a été condamné pour la dernière fois. Une décision conforme à une loi népalaise autorisant la libération des prisonniers alités ayant déjà purgé les trois quarts de leur peine.

Dans l’avion qui l’emmène à Doha, où il était en transit vendredi soir, Charles Sobhraj a déclaré au journaliste de l’AFP qu’il était « innocent » des crimes qui lui sont imputés.

Avec AFP et Reuters

France 24

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.