L’écran de fumée des « salaires décents » de Michelin

L’annonce du groupe pneumatique auvergnat qu’il allait désormais verser des « salaires décents » à ses salariés a suscité l’enthousiasme de Bruno Le Maire. Mais cette mesure est tout sauf émancipatrice, car il s’agit plutôt d’une forme élargie de chantage à l’emploi.