Skip to content
L’endroit qui donne de l’espoir aux anciens combattants vivant dans nos rues

La mort de trois personnes proches de lui en 2017 a déclenché une crise de santé mentale et le mariage d’Adair et sa relation avec ses deux enfants se sont rompus. Il a commencé à abuser de l’alcool et a fini par dormir dans la rue près de Maidstone, dans le Kent.

La majorité de ceux qui quittent les forces armées s’adaptent bien à la vie civile. Mais pour une minorité, c’est plus difficile. On estime que 3 à 6 % des personnes qui dorment dans la rue ont servi dans les forces armées.

Adair n’était pas au courant du soutien disponible pour les anciens combattants sans abri. « J’ai parlé au conseil, et l’une des questions qu’ils m’ont posées était ‘Avez-vous servi dans les forces ?’ Mais ils n’ont pas mentionné le RBLI. En fait, c’est uniquement par le bouche à oreille que j’ai entendu parler de cet endroit, et cela m’énerve.

Il a été évalué pour une chambre à Mountbatten et a emménagé en 2020. Les résidents restent de quelques semaines à deux ans. Il n’y a pas de point limite officiel, mais les directives du gouvernement stipulent qu’au bout de deux ans, un plan de «déplacement» devrait être en place.

Des endroits comme Mountbatten sont de plus en plus rares. « Il y a toujours de la demande pour des chambres. Si nous avions un autre bâtiment, nous pourrions le remplir », explique Brett Seath, responsable de l’aide sociale au RBLI. Le 21 décembre, les ministres ont renouvelé leur engagement à mettre fin au sans-abrisme parmi les anciens militaires d’ici l’année prochaine, avec un investissement de 8,8 milliards de livres sterling dans le logement accompagné.

Mountbatten a une approche unique. Il offre une vie assistée avec le programme STEP-IN du RBLI (soutien, formation, évaluation, personnel, indépendant et prochaines étapes), le soutien d’organismes de bienfaisance spécialisés dans les problèmes de santé mentale et de toxicomanie, et des programmes comme Lifeworks, qui aide les anciens combattants à trouver un emploi, à faire du bénévolat opportunités ou formations. Pendant la période de Noël, chaque résident reçoit des cadeaux d’une succursale locale de Waitrose (qui fournit également la nourriture pour le dîner de Noël).

« Dès que vous sortez du service, vous tombez hors de cette structure. Et une fois que vous êtes dans ce cycle d’itinérance, il est extrêmement difficile d’en sortir », explique Seath. « Beaucoup de gens en sortent, puis retombent directement. Nous travaillerons avec les gens jusqu’à ce qu’ils soient prêts à passez. »

L’un des « diplômés » de Mountbatten, Alan Matthews, 69 ans, découpe la dinde pour le dîner de Noël. Matthews est un soldat vétéran et ancien résident qui a déménagé à Mountbatten après que le SSPT l’ait poussé à tenter de se suicider. Il vit maintenant indépendamment ailleurs dans le village RBLI.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.