Skip to content
L’envoyé américain se rend au Qatar pour relancer les pourparlers sur le nucléaire iranien

Jusqu’à présent, la plupart des discussions sur la relance de l’accord avaient eu lieu à Vienne, en Autriche ; ils sont au point mort depuis mars. L’Iran, quant à lui, a considérablement avancé son programme nucléaire, y compris son enrichissement d’uranium, et il a retiré ou éteint les caméras sur lesquelles les inspecteurs internationaux comptent pour surveiller son programme.

Les derniers pourparlers, qui devraient être négociés par des responsables européens parce que l’Iran refuse de s’engager directement avec les États-Unis, devraient commencer mardi, a déclaré un responsable américain familier avec la question.

« Des attentes très faibles », a ajouté le responsable américain.

Deux hauts responsables occidentaux ont déclaré que les pourparlers au Qatar ne devraient pas durer plus de deux ou trois jours. Ils ont fait écho au pessimisme du responsable américain.

L’un d’eux a noté que même si le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, qui s’est récemment rendu à Téhéran, « a réussi à revigorer le processus, la substance n’a pas beaucoup bougé depuis la pause des pourparlers de Vienne ».

Un porte-parole du département d’État a néanmoins ajouté : « Nous sommes reconnaissants à nos partenaires de l’UE, qui continuent de transmettre des messages et travaillent pour faire avancer ces négociations ».

L’accord de 2015 a imposé de sévères restrictions au programme nucléaire iranien en échange d’un allégement significatif des sanctions imposées à l’Iran par les États-Unis et d’autres pays.

En 2018, le président de l’époque, Donald Trump, a abandonné l’accord et rétabli les sanctions, affirmant que l’accord n’était pas suffisamment large ou durable.

Le président Joe Biden a pris ses fonctions en 2021 en promettant d’essayer de relancer l’accord si l’Iran remplissait certaines conditions. Les discussions indirectes ont duré plus d’un an et les deux parties ont failli s’entendre sur une voie pour revenir à l’accord.

Mais les discussions se sont alors heurtées à un obstacle majeur : Biden refuse de retirer la désignation américaine du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran comme groupe terroriste à moins que l’Iran n’accepte certaines conditions liées à la sécurité au-delà des termes de l’accord nucléaire.

La désignation de terrorisme du CGRI ne faisait pas partie de l’accord nucléaire de 2015, connu sous le nom de Plan d’action global conjoint, ou JCPOA, mais Trump l’a imposée avec une multitude d’autres sanctions qui ne faisaient pas partie de l’accord initial.

Les détracteurs de l’accord ont prédit – apparemment à juste titre – que l’accumulation de ces sanctions supplémentaires rendrait plus difficile le rétablissement de l’accord initial.

Biden lui-même prévoit de se rendre en Israël et en Arabie saoudite le mois prochain, et l’accord avec l’Iran sera certainement un sujet aux deux endroits.

Israël est un opposant majeur à l’accord. Les Saoudiens, eux aussi, ont été mécontents de l’accord. Ils organisent un rassemblement de dirigeants régionaux auquel Biden assistera.


Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.