Les affiches « Shrinkflation » arrivent dans les magasins

Dans un supermarché d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), le 16 mai 2024.

De nouvelles affiches apparaîtront dans les rayons des supermarchés à partir du lundi 1euh Juillet. Les supermarchés devront signaler les produits touchés par la « shrinkflation » (du verbe anglais rétrécirce qui signifie « rétrécir »), c’est-à-dire ceux dont le poids ou le volume a été réduit, mais pas leur prix.

Lire aussi | « Shrinkflation » : le gouvernement va obliger les supermarchés à avertir des « variations de prix par rapport au poids » d’un produit

Un écran rendue obligatoire par un arrêté ministériel du 16 avril pour les produits vendus en quantité constante sous marques nationales ou marques de distributeurs, dans les supermarchés de plus de 400 m². Les rayons vrac et restauration sont donc exclus.

Cette signalisation sera affichée « pendant une période de deux mois à compter de la date de mise en vente du produit dans sa quantité réduite »précise le texte publié dans Journal officiel 4 mai. Le résultat d’une affaire qui a mobilisé le secteur agroalimentaire pendant plusieurs mois.

Très peu d’anomalies

Tout a commencé en septembre 2022, avec une étude de Foodwatch alertant l’opinion publique sur une « inflation cachée »Cette association a alors pointé six réductions de poids intervenues  » en catimini «  depuis 2019 dans les rayons (margarine oméga 3 St Hubert, eau Salvetat en bouteille, sirop de grenadine Teisseire en bouteille, fromage Kiri en portion, sucre St Louis et chocolats Lindt Les Pyrénéens). Pour les fabricants incriminés, il n’y a pas de tromperie sur la marchandise : leurs emballages mentionnent clairement les quantités et le poids de leurs produits, les consommateurs sont informés du contenu lorsqu’ils les achètent.

Lire aussi | Découvrez comment le prix d’un panier d’achat augmente avec l’inflation

Réduire la quantité d’un paquet de biscuits ou d’une boîte de lessive sans en ajuster le prix est une pratique commerciale autorisée par la loi, à condition d’informer les consommateurs. Mais elle s’est généralisée avec l’envolée des coûts de l’énergie et des transports. Pour éviter de réajuster leurs prix afin d’amortir leurs coûts de production, de nombreux industriels ont préféré supprimer quelques grammes du même produit.

Mais en pleine crise du pouvoir d’achat, le gouvernement a été contraint de se saisir du sujet. Il a mandaté la répression des fraudes (DGCCRF) pour effectuer des contrôles à l’automne 2022 auprès des distributeurs et des entreprises conditionnant les produits alimentaires, afin de mesurer l’ampleur du problème. Résultat : très peu d’anomalies, souvent liées à une « changement de recette »d’un poids non indiqué sur l’emballage… Mais face à la polémique qui grandissait dans l’opinion publique concernant cette inflation cachée, le gouvernement a publié un décret pour améliorer l’information donnée aux consommateurs, et a chargé les distributeurs de la relayer.

Il vous reste 32,23% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.