Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Les agriculteurs français prévoient un « siège » de Paris malgré les concessions du gouvernement – ​​POLITICO


Le gouvernement français s’est empressé d’apaiser les agriculteurs du pays dimanche, dans une ultime tentative pour empêcher un blocus majeur de la capitale française cette semaine. Mais les dirigeants des syndicats agricoles n’ont montré aucun signe de retrait de leurs protestations en cours concernant toute une série de griefs liés aux taxes, aux réglementations et aux prix.

Le nouveau Premier ministre français Gabriel Attal a passé dimanche la visite d’un élevage de bovins en Indre-et-Loire, alors que le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a promis que de nouvelles mesures seraient dévoilées dès mardi pour répondre aux préoccupations des agriculteurs tant au niveau européen qu’au niveau national.

Les ministres tentent d’empêcher le « siège » promis de Paris par les agriculteurs, les principales routes de France étant déjà confrontées à des blocages.

Attal a reconnu dimanche que les règles en vigueur de longue date ont jeté des « bâtons dans les roues » et alourdi de nouveaux fardeaux pour les agriculteurs au cours des dernières décennies, et a déploré que la politique semble opposer les agriculteurs à l’environnement. Tout en annonçant quelques concessions vendredi, Attal s’est dit parfaitement conscient que le gouvernement n’avait pas encore abordé les problèmes à l’origine des doléances des agriculteurs.

Les principaux dirigeants syndicaux agricoles ne semblaient pas impressionnés par les promesses du gouvernement. Les projets d’une action à grande échelle n’ont pas changé, a déclaré Arnaud Rousseau, président du syndicat des agriculteurs FNSEA. S’adressant à BFMTV depuis une barricade près de Beauvais, au nord de Paris, Rousseau a demandé aux agriculteurs de se reposer avant une semaine « pleine de dangers ».

Le mécontentement des agriculteurs s’est transformé en manifestations majeures dans toute l’Europe, motivées par des plaintes concernant les réglementations environnementales et l’augmentation des taxes sur le carburant diesel. Malgré d’importantes subventions de la politique agricole commune de l’UE, les groupes politiques d’extrême droite cherchent de plus en plus à capitaliser sur la colère des agriculteurs en associant leurs préoccupations aux technocrates européens et aux migrants étrangers.

Marine Le Pen, chef du parti d’extrême droite Rassemblement national, a également rencontré dimanche des agriculteurs, se demandant si le gouvernement voulait « éradiquer » l’agriculture française pour poursuivre la mondialisation.

Politc

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page