Les allocations chômage ont augmenté de 1,2% au 1er juillet, « trop faibles » pour les syndicats

Une femme entre dans une agence France Travail à Dammarie-lès-Lys (Seine-et-Marne), le 23 avril 2024.

Les allocations d’assurance chômage seront augmentées de 1,2% au 1euh Juillet, a déclaré l’Unédic jeudi 27 juin, la CGT dénonçant « l’extrême faiblesse de cette revalorisation » et la CFDT exprimant un « amère déception ».

Cette revalorisation « concernerait environ 2 millions de demandeurs d’emploi indemnisés » sur quelque 2,7 millions au total, selon un communiqué de l’organisme cogéré par les organisations syndicales et patronales. Certains allocataires de moins de six mois ne sont pas concernés. La décision a été prise lors d’un conseil d’administration de l’Unédic, composé de représentants des salariés et des employeurs, et a été votée. « à la majorité des suffrages exprimés »ajoute l’organisation.

L’Unédic fait valoir qu’il « prend en compte à la fois le contexte économique et l’équilibre financier du système d’assurance chômage » et rappelle que cette réévaluation » vient après deux autres en 2023 (+1,9% au 1euh avril, puis +1,9% au 1euh Juillet) « En moyenne, la réévaluation annuelle a été de 1,68 % au cours des cinq dernières années.

« Le gouvernement et les employeurs continuent de cibler les bénéficiaires de l’assurance-chômage »

« Pour 2024, le montant de la revalorisation s’élèverait à 150 millions d’euros pour le système d’assurance chômage et, pour 2025, à 210 millions d’euros », précise-t-elle dans son communiqué. Un allocataire qui n’a pas travaillé le mois et qui perçoit l’allocation minimale passera ainsi de 979,29 euros brut à 991,07 euros brut, détaille l’Unédic.

La CFDT, qui «regrette avec amertume la décision des employeurs d’augmenter les allocations de chômage à un niveau trop bas», précise dans un communiqué que « le patronat a fait une première proposition de revalorisation de 1% et n’a accordé que 1,2% après une suspension de séance ».

« A quelques jours des élections législatives, le gouvernement et le patronat continuent de cibler les allocataires de l’assurance chômage »dénonce de son côté la CGT, rappelant que le gouvernement s’apprête à publier le décret mettant en œuvre la nouvelle réforme controversée de l’assurance chômage à partir du 1euh Décembre.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Assurance chômage : la réforme pourrait concerner jusqu’à un tiers des bénéficiaires

Le Monde avec l’AFP

Réutiliser ce contenu