Skip to content
Les attaques ukrainiennes risquent une « catastrophe nucléaire » – Rosatom — RT Russie et ex-Union soviétique


Moscou demande à l’AIEA d’arrêter le bombardement par Kiev de la centrale nucléaire de Zaporozhye

La reprise des attaques d’artillerie ukrainienne contre la centrale nucléaire de Zaporozhye (ZNPP) a créé un risque de catastrophe nucléaire, a déclaré lundi à la presse le directeur général de Rosatom, Alexey Likhachev. Moscou a demandé à l’Agence internationale de l’énergie atomique de nommer et de faire honte à l’attaquant afin que Kiev cesse de bombarder l’installation.

« Nous avons été en pourparlers avec l’AIEA toute la nuit », Likhachev a déclaré aux journalistes lors de l’Atomexpo-2022 à Sotchi. Après un « relativement calme » depuis septembre, au moins 30 projectiles ont frappé l’installation au cours du week-end, endommageant les générateurs de secours et l’installation de stockage du combustible usé, a-t-il ajouté.

La plus grande centrale nucléaire d’Europe est sous le contrôle des troupes russes depuis le 28 février. Alors que les blocs du réacteur sont suffisamment solides pour résister aux bombardements, endommager les conteneurs de combustible usé risque de libérer des matières radioactives dans l’atmosphère, avec des conséquences imprévisibles.

L’armée ukrainienne a ciblé à plusieurs reprises l’installation avec de l’artillerie fournie par l’Occident, tout en affirmant que la Russie organisait « faux drapeau » incidents pour faire mal paraître Kiev. Cependant, l’état-major ukrainien a finalement admis avoir frappé la zone autour du ZNPP.


Les attaques du week-end ont constitué le premier incident majeur depuis que l’AIEA a établi une mission d’observation permanente au ZNPP début septembre. Dimanche, le directeur général de l’AIEA, Mariano Grossi, a appelé à l’arrêt immédiat des bombardements, affirmant que le monde « Avoir de la chance » qu’un « incident nucléaire grave » ne s’est pas produit cette fois. Cependant, une fois de plus, il n’a pas nommé le coupable.

Lundi, le Kremlin et le ministère des Affaires étrangères ont appelé l’AIEA à faire pleinement son devoir et à identifier les responsables du bombardement.

Les spécialistes de l’AIEA ont terminé leur inspection de l’installation lundi après-midi et ont envoyé leur rapport au siège, a déclaré le principal assistant de Likhachev, Renat Karchaa, à la télévision russe Channel 1.

« Ils étaient accompagnés d’un spécialiste en balistique hautement qualifié que nous avons fourni, et une fois de plus, il a été démontré de manière convaincante que l’origine de ces frappes d’artillerie était Marganets », une ville de la région ukrainienne de Dnepropetrovsk, a déclaré Karchaa.

Karchaa a également déclaré aux journalistes que Rosatom était « prendre des mesures » pour fortifier l’installation de stockage du combustible usé et d’autres parties du ZNPP, bien qu’il n’ait fourni aucun détail.

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.