Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Les attentats du 11 septembre 2001 m’ont marqué


Depuis 2021, Mathieu Traversy est maire de Terrebonne. Auparavant, il a servi à l’Assemblée nationale pendant deux mandats au sein du Parti québécois. Il a fréquenté le Cégep de Lanaudière, à Terrebonne, puis l’UQAM en sciences politiques. Il est passionné par l’histoire du Québec et d’ailleurs; C’est en quatrième secondaire qu’il découvre son identité politique. Il devient un jeune nationaliste qui croit en la souveraineté du Québec. Aujourd’hui, il est fier d’être maire de Terrebonne.

Les attentats du 11 septembre 2001 vous ont marqué.

Un employé du cégep m’a dit que les deux tours de New York avaient été démolies. Les terroristes ont tué près de 3 000 personnes et en ont blessé plus de 6 000 autres.

Avez-vous été secoué par ces attaques ?

J’étais secoué, parce que mes idées sur la manière de créer un monde meilleur venaient d’être déséquilibrées. Le monde a été transformé par une tourmente que je n’aurais jamais imaginé connaître en Amérique du Nord.

Le maire de Terrebonne est originaire de Mascouche.

Jusqu’à l’âge de 8 ans, j’ai vécu à Mascouche où j’ai fréquenté l’école primaire Soleil-Levant.

L’influence de vos parents.

Mon père, Pierre, a été pendant de nombreuses années professeur d’éducation physique à l’école du Vieux-Chêne à Terrebonne. Ma mère, Bibiane, était gestionnaire aquatique à la Ville de Terrebonne. Ils m’ont encouragé à faire du sport, mais n’ont jamais essayé de m’influencer sur mon choix politique. C’était mon choix, et aussi de vivre avec.

La persévérance a joué un rôle important dans votre vie.

Mes parents m’ont appris l’importance de la persévérance dans tout ce que je fais. J’ai dû tout faire pour gagner, mais avec humilité et respect des autres.

Vous vouliez devenir enseignant comme votre père.

Je me suis inscrit au programme intensif d’éducation physique à l’école Saint-Louis de Terrebonne. Nous y reviendrons plus tard, dans ma vie, concernant le choix de ma carrière.

Tu étais exubérant à l’école.

Et comment ! J’ai toujours aimé m’exprimer. Inutile de dire que je perturbais souvent les activités en classe, pour le plus grand plaisir des élèves, mais souvent à la consternation des enseignants.

Vous avez visité plusieurs régions du Québec.

Durant la période des vacances d’été avec mes parents, mon frère Simon et ma sœur Lydia, nous avons visité plusieurs régions du Québec, dont la Mauricie, la Gaspésie et Tadoussac.

Avez-vous une préférence?

La première fois que j’ai vu une baleine à Tadoussac, j’ai été émerveillé par son immensité. La beauté de la nature en Mauricie est étincelante. Mais, aux yeux d’un jeune de mon âge, voir cet immense rocher percé dans le fleuve Saint-Laurent, c’était éblouissant.

Quels sports aimiez-vous pratiquer ?

Hockey dans la rue avec mes amis ainsi qu’à la patinoire du parc à proximité. La natation et le badminton faisaient partie de mes activités scolaires. Sans oublier le camp d’été Fripouilles au parc Vaillant.

Pour quoi ?

Comme vous l’avez remarqué et bien d’autres, dès mes débuts au Collège Laval, en raison de mon physique, le badminton et la natation m’ont favorisé davantage que le football et le hockey.

Vous étiez en sport études badminton, mais vous avez aussi choisi de jouer de la trompette.

Lors de mon cours de musique, au grand désarroi de mes parents, j’ai choisi de jouer de la trompette dans l’orchestre de l’école. Mes pauvres parents ont dû supporter mes nombreuses heures de pratique au son d’un bruit qui leur transperçait certainement les oreilles.

Était-ce difficile de changer souvent d’école ?

Je n’y avais pas vraiment pensé jusqu’à ce que tu me demandes. A vrai dire, aujourd’hui je me rends compte que ce n’était pas forcément facile de perdre mes amis, en revanche j’ai eu du mal à m’en faire de nouveaux.

Vous aimiez les cours d’histoire.

Mes cours d’histoire en 4e secondaire au Collège Laval ont joué un rôle influent dans ma prise de décision sur l’histoire du Québec et l’avenir que je souhaitais.

Vous avez découvert plusieurs personnalités qui ont influencé l’histoire du Québec.

Maurice Duplessis, Robert Bourassa, le général Charles de Gaulle, ancien président de la France, et René Lévesque, chacun à leur manière m’ont fait découvrir comment ils ont dû se battre pour réaliser leurs exploits. À partir de ces cours, j’ai voulu jouer un rôle dans l’histoire du Québec. J’avais envie de laisser ma marque et de m’impliquer pour qu’un jour le Québec devienne indépendant.

Vous faites partie de la première cohorte du Cégep de Terrebonne.

Dès la toute première cohorte qui a eu le privilège d’étudier au cégep dans un immeuble et non dans des roulottes (installations préfabriquées).

Vous avez fait de l’improvisation au cégep.

Malheureusement, la vie étudiante n’offrait pas beaucoup de divertissement. L’improvisation m’a permis de m’exprimer avec humour et surtout plus tard, dans la vie politique, de ne jamais me laisser prendre de court par une question ou un commentaire désobligeant.

Vous avez été élu président étudiant au Cégep de Terrebonne.

C’était vraiment mes premiers pas vers la défense d’idées qui devaient devenir réalité. C’est drôle, bon nombre des causes dont j’ai parlé ne se sont pas améliorées.

Il a fallu se battre pour améliorer la vie étudiante.

J’ai défendu les droits des étudiants en matière de transport en commun, le manque de places de stationnement au cégep, sans oublier de trouver des activités pour améliorer l’appartenance des étudiants au sein du cégep. Je ne peux m’empêcher de sourire en voyant le Student Lounge qui est tout simplement considéré comme acquis, pourtant nous avons dû nous battre pour avoir ce salon.

Que ressentez-vous suite aux célébrations du 350e anniversaire de Terrebonne ?

Ces dernières années, la ville de Terrebonne fait les manchettes, pas forcément toujours pour de bonnes raisons.

La fierté d’être citoyen de la ville de Terrebonne.

Les célébrations du 350e anniversaire de Terrebonne ont permis aux citoyens et aux visiteurs de redécouvrir comment la Ville de Terrebonne a réalisé tant de bonnes choses. Aujourd’hui, les résidents de Terrebonne sont redevenus fiers de leur ville.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page