Skip to content
Les députés russes adoptent une « réponse symétrique » à l’interdiction des médias du pays à l’étranger — RT Russie et ex-Union soviétique


Un nouveau projet de loi permet aux autorités de Moscou de limiter ou d’interdire rapidement les activités des points de vente étrangers en Russie

Les législateurs de Moscou ont approuvé mardi la première étape d’un projet de loi permettant aux autorités de fournir un « réponse symétrique rapide» aux pays qui restreignent les activités des médias russes.

La Douma d’État, la chambre basse du parlement du pays, a déclaré dans un communiqué que la législation donnerait au procureur général le droit de restreindre ou d’interdire les médias d’un État étranger en Russie.

Ce pouvoir pourrait être invoqué en réponse à «les actions hostiles d’un État étranger contre les médias russes à l’étranger», selon le communiqué. Les correspondants de médias étrangers pourraient perdre leur accréditation dans le cadre de ces mesures.

« Ainsi, l’objectif consistant à fournir une réponse rapide et symétrique aux actions hostiles contre les médias russes serait atteint», ont déclaré les auteurs de la législation.

Le projet de loi modifie également la législation existante en donnant au bureau du procureur général le pouvoir de retirer l’enregistrement ou de résilier une licence de diffusion de tout média dans certaines circonstances.


Celles-ci comprennent la participation à la «diffusion d’informations illégales et dangereuses», démonstration de «un manque de respect évident pour la société, l’État et la constitution,« ou la diffusion d’informations »visant à discréditer les forces armées de la Fédération de Russie ou liées à l’introduction de sanctions politiques et économiques contre la Fédération de Russie par des États étrangers.

Actuellement, seul un tribunal a le pouvoir de retirer l’enregistrement des médias ou de révoquer une licence.

En réponse au lancement de l’offensive militaire russe en Ukraine, l’Occident a introduit diverses sanctions sévères contre Moscou, notamment l’imposition d’interdictions et de restrictions à certains médias. À la suite de ces mesures, les émissions de RT et de Sputnik – et même leurs comptes sur certaines plateformes de médias sociaux – sont inaccessibles sur le territoire de l’UE. L’Australie, le Canada et le Royaume-Uni ont emboîté le pas. Les États-Unis ont une interdiction constitutionnelle de la censure manifeste, mais YouTube a bloqué les comptes RT et Sputnik.

La Russie a riposté en bloquant les sites Web de plusieurs médias occidentaux, tels que la BBC, Deutsche Welle, Svoboda et la société américaine Radio Free Europe/Radio Liberty. Plus tôt ce mois-ci, Moscou a également révoqué les visas et les pouvoirs de la CBC, citant la décision du Canada en mars d’interdire les émissions en anglais et en français de RT.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.