Skip to content
Les difficultés financières augmentent dans l’UE à la suite des sanctions contre la Russie – sondages – RT World News


Un nouveau sondage suggère un état des finances personnelles de plus en plus sombre pour les Allemands face aux sanctions contre la Russie. La tendance se retrouve, bien que moins sévèrement, en France et en Espagne alors que l’UE lutte pour réorganiser son économie afin de punir Moscou.

Plus de la moitié des Allemands se disent plus pauvres qu’ils ne l’étaient il y a un an, une augmentation vertigineuse de 11 points par rapport au premier paquet de mesures de l’UE punissant la Russie pour son assaut contre l’Ukraine, selon des enquêtes menées en février et mai par une société mondiale de renseignement décisionnel Morning Consult, qui a publié ses résultats lundi.

Une enquête menée du 27 avril au 3 mai auprès d’environ 1 000 Allemands a révélé que 53 % d’entre eux signalaient une situation financière pire qu’il y a un an. Dans un sondage précédent, réalisé du 23 au 27 février, alors que Moscou lançait son opération militaire, seuls 36 % des personnes interrogées avaient dit la même chose.

Pendant ce temps, seulement 38% ont répondu que leur situation financière n’avait pas changé depuis l’année dernière, contre 51% en février. Moins de 1 sur 10 ont déclaré que leur situation s’était améliorée ou qu’ils n’avaient pas d’opinion.


Des enquêtes en France et en Espagne ont répété la sombre tendance : des sondages dans ces pays auprès d’environ 1 000 personnes interrogées ont révélé que 47 % et 48 %, respectivement, ont déclaré que leurs finances étaient défavorables par rapport à il y a un an, grimpant de 11 points dans les deux cas. Dans le même temps, ceux qui déclarent que leur situation financière n’a pas changé chutent de 5 points en Espagne et de 10 points en France.

Dans une enquête distincte du 5 au 10 mai, moins de la moitié des répondants (45 %) ont approuvé l’envoi de plus d’armements à l’Ukraine assiégée, tandis que 38 % s’y sont opposés. En ce qui concerne les approvisionnements énergétiques russes, 32% des personnes interrogées ne soutiennent les sanctions que si elles ne provoquent pas d’inflation, tandis que celles qui les soutiennent ou s’y opposent en toutes circonstances représentent respectivement 40% et 14%.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.