Skip to content
Les docuseries macabres traitent la mort comme un divertissement

Vous pensez peut-être qu’il y a trop de véritables crimes à la télévision. Vous auriez tout à fait raison. Location Meurtre dans les Alpes (Channel 4) étalé sur les horaires pendant trois nuits consécutives n’aide certainement pas. Cette docu-série s’est penchée sur le massacre brutal d’une famille britannique en France il y a dix ans. En septembre 2012, la police est arrivée sur un lieu de pique-nique dans les bois près du lac d’Annecy pour trouver l’ingénieur du Surrey Saad al-Hilli, sa femme dentiste, Iqbal, et sa mère, Suhaila, abattues dans leur voiture.

A proximité gisait le corps du cycliste local Sylvain Mollier. La fille de sept ans de Saad et Iqbal, Zainab, avait également été abattue et laissée pour morte mais a miraculeusement survécu. Recroquevillée sous la jupe de sa mère se trouvait la sœur de Zainab, Zeena, âgée de quatre ans, terrifiée mais vivante.

Le récit ultérieur de l’enquête internationale labyrinthique était une litanie d’incompétence. La gendarmerie a attendu huit heures l’arrivée d’une équipe médico-légale. Les policiers anglais et français n’ont pas réussi à communiquer. Des erreurs embarrassantes et des arrestations injustifiées ont été commises. Non seulement c’était exaspérant, mais c’était carrément macabre. Avons-nous vraiment besoin du détective à la retraite Mark Preston faisant les cent pas sur le site du meurtre avec ses doigts formant une arme à feu, criant « Bang, bang ! » ? Ou des références graphiques à des « têtes avec des impacts de balles » ? Ou des reportages sensationnalistes sur « le vélo rose d’un enfant abandonné » ? J’espère que les filles d’al-Hilli, maintenant adolescentes, ne regardaient pas.

Au générique, les deux parties suivantes étaient disponibles en streaming sur All 4. Le deuxième épisode a vu l’histoire disparaître dans des impasses, un peu comme l’enquête elle-même. Le frère de Saad, Zaid, a-t-il embauché un tueur à gages roumain en raison d’un conflit d’héritage ? Un homme de Louisiane a-t-il été empoisonné le même jour dans le cadre d’un complot d’espionnage ? Y avait-il un lien trouble avec les millions manquants de Saddam Hussein ? Non, non et non respectivement.

Parmi les rares voix de la raison figuraient l’ami de la famille James Matthews, qui a dénoncé le ton raciste de la couverture médiatique, et Andrew Rigsby, écrivain devenu policier de la Royal Marine, qui s’est moqué des hypothèses paresseuses. L’épisode final a au moins renversé l’affaire avec une nouvelle théorie, mais elle a été laissée en suspens de manière frustrante. Le tueur reste introuvable.

Il y a un phénomène connu sous le nom de « bloat Netflix », où le service de streaming ne parvient pas à éditer les émissions, apparemment pour conserver les globes oculaires. C’était l’équivalent terrestre. Le récit était répétitif, le rythme lourd. Une histoire qui aurait pu être racontée en 60 minutes s’est plutôt étalée sur trois heures finalement insatisfaisantes.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.