Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Les entreprises basées en Suisse maintiennent le carburant russe en circulation – FT — RT Business News


Les négociants européens en énergie sont toujours parmi les plus gros acheteurs de produits pétroliers raffinés de Moscou, selon les données des douanes

Deux des principaux négociants mondiaux en énergie, Vitol et Gunvor, restent d’importants acheteurs de pétrole raffiné en provenance de Russie malgré leur promesse de réduire leurs activités avec le pays frappé par les sanctions, a rapporté mardi le Financial Times.

Le point de vente a analysé les dossiers d’exportation déposés auprès des douanes russes au cours des quatre premiers mois de 2023, qui montreraient que les deux sociétés figuraient parmi les dix principaux acheteurs de produits pétroliers raffinés russes, tels que l’essence et le diesel.

Gunvor, dont le siège est en Suisse, aurait été le huitième acheteur en valeur, expédiant un million de tonnes de produits pétroliers d’une valeur d’environ 540 millions de dollars. Vitol, dont les cadres supérieurs sont également principalement basés à Londres et à Genève, était le dixième acheteur, expédiant environ 600 000 tonnes d’une valeur d’environ 400 millions de dollars, a rapporté le FT.

Au total, 50 entreprises ont exporté pour 16 milliards de dollars de pétrole raffiné depuis la Russie au cours des quatre premiers mois de cette année, selon les données examinées par le point de vente.

Le commerce de carburants raffinés russes n’est pas interdit par les sanctions occidentales tant que les commerçants respectent les restrictions. En décembre 2022, l’UE, les pays du G7 et leurs alliés ont introduit une interdiction collective des exportations russes de pétrole par voie maritime, ainsi qu’un plafond de prix de 60 dollars le baril. Un autre embargo interdisant presque toutes les importations de pétrole russe raffiné, ainsi que l’introduction de plafonds de prix sur le diesel et d’autres produits pétroliers, est entré en vigueur le 5 février.


Vitol et Gunvor ont tous deux déclaré avoir cessé de négocier du pétrole russe, mais ont confirmé qu’ils étaient des acheteurs réguliers de carburants raffinés du pays sanctionné, contestant l’exactitude des données en possession du FT.

Gunvor a insisté sur le fait que, selon ses propres registres, la société avait acheté un peu plus de 700 000 tonnes au cours de la période indiquée, pour une valeur d’environ 330 millions de dollars. Vitol a également fait valoir que les déclarations en douane ne correspondaient pas à ses chiffres internes, mais a refusé de fournir ses propres données. La société a expliqué que les dossiers douaniers russes étaient parfois déposés après que les cargaisons aient quitté le pays, ce qui signifie que les expéditions de Vitol de décembre, par exemple, peuvent avoir été enregistrées pour janvier.

Les entreprises basées en Suisse ont souligné que leurs exportations de produits pétroliers raffinés russes étaient conformes à la réglementation.

Selon le FT, les huit autres plus gros acheteurs sont un « mélange de commerçants sous contrôle russe et d’entités récemment établies aux Émirats arabes unis, à Hong Kong ou à Singapour. »

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section commerciale de RT

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page