Skip to content
Les États-Unis dévoilent de nouvelles sanctions contre la Russie


Washington et d’autres capitales du G7 cibleront les chaînes d’approvisionnement de l’industrie de la défense, a annoncé la Maison Blanche

Les États-Unis et d’autres membres du G7 sont sur le point d’imposer des restrictions sur « des centaines d’individus et d’entités » dans le cadre de sa nouvelle série de sanctions contre la Russie, a annoncé lundi la Maison Blanche. Les mesures viseront le complexe militaro-industriel de Moscou pour le priver de technologies clés, selon un communiqué.

Les principales économies occidentales – les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Canada et le Japon – « viser agressivement » Les principales entreprises de défense d’État russes, les instituts de recherche sur la défense et d’autres « lié à la défense » entités avec « blocage des sanctions », la Maison Blanche a décrit. L’objectif des restrictions est de saper l’industrie russe de la défense de « composants critiques » et limiter sa capacité à remplacer l’équipement qu’il perd dans le conflit avec Kiev, a-t-il ajouté.

Les nations occidentales continueront à « restreindre l’accès de la Russie aux principaux intrants, services et technologies industriels produits par nos économies », a déclaré la Maison Blanche, ajoutant que les effets des mesures deviendront plus visibles « heures supplémentaires. »

Washington n’a nommé aucune entité ou personne spécifique qui sera confrontée à des restrictions dans le cadre des nouvelles sanctions. Il a seulement dit qu’il prévoyait de mettre un total de 500 responsables russes sur sa liste noire pour « exercer une autorité illégitime » et s’engager « Abus des droits de l’homme. »

Lire la suite

Biden menace de porter un nouveau coup au commerce avec la Russie

Les pays du G7 imposeront également des restrictions aux entreprises étrangères engagées dans « activités de remblai » et aider la Russie à échapper aux sanctions.

Les mesures supplémentaires annoncées par Washington comprennent des tarifs plus élevés sur « sur plus de 570 groupes de produits russes d’une valeur d’environ 2,3 milliards de dollars pour la Russie. » Les mesures étaient « soigneusement calibré » pour nuire à l’économie russe et épargner celle des États-Unis, selon le communiqué. Les revenus supplémentaires obtenus grâce aux nouveaux tarifs pourraient être utilisés pour soutenir l’Ukraine, a déclaré la Maison Blanche.

Dimanche, les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et le Japon ont annoncé un embargo sur l’or russe. Au niveau du G7, l’initiative s’est heurtée à la résistance de l’Allemagne, qui a déclaré que de telles décisions devraient d’abord être prises par l’UE.

Les États-Unis et leurs alliés en Europe et ailleurs ont déjà introduit des sanctions radicales contre la Russie pour son opération militaire en Ukraine, y compris des restrictions visant les secteurs bancaire et financier, et des restrictions personnelles sur les fonctionnaires et les hommes d’affaires considérés comme proches du Kremlin. Les banques russes ont également été déconnectées du système SWIFT.

Lire la suite

Les États-Unis dévoilent de nouvelles sanctions contre la Russie
L’Allemagne met un frein à l’interdiction de l’or russe du G7

Les États-Unis et le Canada ont annoncé un embargo sur le pétrole russe peu après le début de l’opération militaire fin février. L’UE a emboîté le pas en mai, après des semaines de débats. Certaines nations du bloc ont obtenu une dérogation.

La campagne de sanctions s’est heurtée à la résistance de certains pays occidentaux, comme la Hongrie, qui a déclaré que les mesures ne feraient que nuire à l’Occident sans affecter de manière significative la Russie. Les États-Unis ont reconnu début juin que les revenus de la Russie provenant des combustibles fossiles avaient grimpé en flèche ce printemps malgré les sanctions.

À la mi-mai, Bloomberg a rapporté que les revenus pétroliers de la Russie avaient bondi d’environ 50 % depuis le début de 2022, alors que Moscou redirigeait les exportations vers la région Asie-Pacifique. Les exportations de pétrole de la Russie vers l’Inde ont été multipliées par 25 en mai, selon Reuters.

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.