Skip to content
Les États-Unis sanctionnent la « police de la moralité » iranienne — RT World News


Le Trésor a annoncé cette décision alors que les protestations contre le meurtre présumé d’une jeune femme se répandaient en Iran

Les États-Unis ont imposé jeudi des sanctions contre le soi-disant « police des mœurs », citant la mort d’une femme sous leur garde comme raison. Alors que les troubles se propagent en Iran à propos du meurtre présumé de Mahsa Amini, le Trésor américain a également sanctionné sept hauts responsables des organisations de sécurité de la République islamique.

« La police de la moralité est responsable de la mort récente de Mahsa Amini, 22 ans, qui a été arrêtée et détenue pour avoir prétendument porté un hijab de manière inappropriée », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Amini est décédé dans un hôpital le 16 septembre, deux jours après son arrestation. Les responsables de l’application des lois ont déclaré que sa mort était le résultat d’une crise cardiaque. Cependant, plusieurs rapports sur les réseaux sociaux ont suggéré que la jeune femme était décédée des suites de blessures subies pendant sa garde à vue. Les revendications ont provoqué des troubles dans plusieurs villes, des groupes de défense des droits affirmant que trop de personnes avaient été tuées par les services de sécurité.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a décrit la mort d’Amini comme « encore un autre acte de brutalité des forces de sécurité du régime iranien contre son propre peuple ».

L’imposition de sanctions à la police des mœurs et aux responsables de la sécurité iraniens démontre la volonté claire des États-Unis « engagement à défendre les droits humains et les droits des femmes, en Iran et dans le monde », dit Yellen.


La liste des personnes sanctionnées comprend le chef du « police des mœurs » Mohammad Rostami Cheshmeh Gachi, le ministre iranien des Renseignements, Esmail Khatib, et le commandant des forces terrestres de l’armée iranienne, Kiyumars Heidari.

« Ces responsables supervisent des organisations qui recourent régulièrement à la violence pour réprimer les manifestants pacifiques et les membres de la société civile iranienne, les dissidents politiques, les militants des droits des femmes et les membres de la communauté bahá’íe iranienne », dit le Trésor.

Les sanctions impliquent le blocage de tous les biens et intérêts des individus et entités ciblés aux États-Unis.

La « police des mœurs » font partie des forces de l’ordre iraniennes (LEF). Le LEF a été sanctionné par Washington en 2011 pour une répression contre les manifestants à la suite de l’élection présidentielle contestée de 2009.

L’annonce des sanctions par le Trésor est intervenue alors que les gardiens de la révolution iraniens ont appelé le système judiciaire du pays à « identité” ceux qui répandent « fausses nouvelles et rumeurs. » Au milieu des protestations croissantes contre la mort d’Amini, la Garde a déclaré que ces « mettre en danger la sécurité psychologique de la société » devrait être poursuivi.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.