Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Les États-Unis sont de retour à l’UNESCO, qu’ils avaient quittée sous Trump

Les États-Unis ont quitté l’UNESCO en 2017, en même temps qu’Israël, sous la présidence de Donald Trump. Mais le pays avait cessé de financer l’organisation onusienne en 2011, sous Barack Obama.

« La résolution a été adoptée», a annoncé le président de l’assemblée, le Brésilien Santiago Irazabal Mourao, déclenchant des applaudissements. Les États-Unis ont officiellement rejoint l’UNESCO, qu’ils avaient quittée sous la présidence de Donald Trump, après un vote favorable lors d’une conférence générale extraordinaire de cette organisation onusienne basée à Paris.

Quelque 132 États ont voté pour ce retour américain, 15 se sont abstenus et dix s’y sont opposés, dont l’Iran, la Syrie, la Chine et surtout la Russie, dont la délégation avait multiplié les discours jeudi 29 juin. points de procédure et amendements vendredi afin de retarder le débats. « Nous serions prêts à accueillir la volonté de Washington« d’adhérer à l’Unesco, qui »renforcerait notre organisation« , mais « nous pensons qu’ils essaient de nous emmener dans un monde parallèle, qui dépasse vraiment toutes les descriptions absurdes des livres de Lewis Carroll», a asséné vendredi un diplomate russe.

« Dans cet espace déformé, ceux qui défendent la démocratie et l’État de droit commencent à nous entraîner vers une violation de ces règles et à s’arroger des droits privilégiés« , a-t-il poursuivi, estimant que les Etats-Unis doivent payer intégralement leurs arriérés à l’Unesco avant de pouvoir la rejoindre, quand Washington propose de le faire progressivement. »La façon dont les États-Unis ont demandé ce retour n’est pas acceptable » et est similaire à « une violation de l’esprit de la Constitution» de cette institution, a pour sa part fustigé un diplomate iranien.

Une dette de 619 millions de dollars

Washington avait quitté l’Unesco en octobre 2017 en dénonçant le «parti pris anti-israélien persistant» de cette institution. Ce retrait, accompagné de celui d’Israël, était effectif depuis décembre 2018. Depuis 2011, et l’admission de la Palestine à l’UNESCO, les États-Unis, alors dirigés par Barack Obama, avaient cessé tout financement à l’organisation onusienne , un énorme revers pour elle, alors que les contributions américaines représentaient 22 % de son budget. Mais Washington a proposé début juin, dans une lettre à Audrey Azoulay, «une carte« pour leur retour à l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la culture et la science.

Alors que la dette américaine envers l’Unesco, contractée entre 2011 et 2018, s’élève aujourd’hui à 619 millions de dollars, soit plus que le budget annuel de l’Unesco, évalué à 534 millions de dollars, ils ont indiqué avoir demandé au Congrès des États-Unis de débourser 150 millions de dollars pour l’année 2024, avec un montant équivalent à débourser les années suivantes »jusqu’à la résorption« arriérés à l’Unesco.

grb2 FR

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page