Skip to content
Les fabricants de produits de base font face à un « compromis » alors qu’ils approvisionnent la Russie en biscuits et en savon Par Reuters



© Reuters. PHOTO DE DOSSIER: Clients de l’épicerie Edeka pour les pâtes, alors que la propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19) se poursuit à Düsseldorf, en Allemagne, le 29 avril 2020. REUTERS / Wolfgang Rattay

Par Jessica DiNapoli et Richa Naidu

NEW YORK / LONDRES (Reuters) – Les fabricants de produits de base de tous les jours, des couches Pampers au savon Dove, continuent de vendre leurs produits en Russie alors que la pression monte sur les multinationales pour qu’elles prennent position contre la récente invasion russe de l’Ukraine.

McDonald’s Corp (NYSE 🙂 a annoncé mardi qu’il fermait ses restaurants en Russie, y compris son emplacement emblématique de la place Pouchkine à Moscou. PepsiCo (NASDAQ 🙂 Inc, Coca-Cola (NYSE 🙂 Co et Starbucks Corp. (NASDAQ 🙂 a également interrompu les ventes de ses produits les plus connus en Russie.

Mais les plus grands fabricants mondiaux d’aliments emballés et d’articles ménagers de base sont à la traîne par rapport à certaines sociétés de services financiers, sociétés pétrolières et gazières et détaillants qui se sont complètement retirés de Russie. Les entreprises de produits de consommation disent que les gens ordinaires en Russie comptent sur leurs produits.

Procter & Gamble (NYSE 🙂 Co et Unilever (NYSE 🙂 Plc) ont déclaré cette semaine qu’ils continuent de vendre des produits essentiels en Russie, mais mettent fin à tout nouvel investissement en capital et ne font plus de publicité dans le pays. Unilever a suspendu toutes les importations et exportations de produits vers et du pays.

Mercredi, Nestlé, le plus grand groupe alimentaire mondial, a emboîté le pas, suspendant ses investissements dans le pays après sa décision antérieure d’arrêter d’y faire de la publicité.

La société laitière Danone SA (OTC 🙂 adopte une approche similaire.

« Je leur donne le mérite d’en faire plus aujourd’hui qu’hier », a déclaré Jeffrey Sonnenfeld, professeur à la Yale School of Management, qui suit les mesures prises par les grandes entreprises pour se retirer de Russie. « Plus le retrait est complet, plus vous faites avancer les perspectives de paix mondiale. »

Sonnenfeld a ajouté que c’était une « erreur » d’essayer de minimiser les dommages causés au peuple russe en continuant à fournir des produits de base.

« Il n’y a pas de juste milieu », a-t-il dit.

Chocolatier Cadbury Mondelez International Inc. (NASDAQ 🙂 et Kimberly-Clark Corp (NYSE :), qui produit les couches Huggies, n’ont pas encore annoncé leur intention de réduire la production en Russie.

« Il ne s’agit pas de profits purs », a déclaré Katie Denis, porte-parole de la Consumer Brands Association, un groupe commercial représentant des entreprises telles que P&G et Mondelez. « Il s’agit de, allez-vous continuer à produire des choses dont les gens ont besoin? » C’est différent de ce à quoi font face les entreprises qui se sont manifestées plus tôt.

VAUT LE RISQUE?

Les entreprises ne veulent pas non plus être perçues comme faisant du mal aux citoyens russes ordinaires en les mettant au chômage.

Au moins six grandes entreprises de restauration rapide – dont KFC de Yum Brands Inc et Burger King de Restaurant Brands International (NYSE 🙂 – gèrent plus de 2 500 restaurants en Russie, principalement par le biais de franchisés, et emploient des dizaines de milliers de personnes supplémentaires, selon un Reuters décompte qui n’inclut pas McDonald’s.

Yum a annoncé mardi qu’il suspendait les opérations dans ses 70 restaurants appartenant à KFC dans tout le pays et finalisait un accord pour suspendre toutes les opérations au restaurant Pizza Hut, en partenariat avec son franchisé principal.

Mais d’autres entreprises sont jusqu’à présent restées silencieuses.

Des investisseurs tels que le fonds de pension de l’État de New York veulent que les entreprises se demandent si le fait de continuer à faire des affaires en Russie vaut les risques.

Le gestionnaire d’actifs Federated Hermes (NYSE 🙂 exhorte les entreprises par téléphone et par courrier à être « ouvertes et transparentes sur ce qu’elles font en Russie » et à partager « le processus décisionnel qu’elles ont suivi pour parvenir à une conclusion » sur le travail dans le pays, a déclaré Hannah Shoesmith, directeur de l’engagement de l’entreprise.Federated Hermes cible les entreprises de produits de consommation dans sa sensibilisation, a déclaré Shoesmith.

« Nous ne demanderions pas aux entreprises de simplement quitter la Russie sans leur demander d’évaluer l’impact sur les droits de l’homme », a déclaré Shoesmith. « Il y a un compromis que les entreprises doivent faire. Ce n’est pas si noir et blanc. »

Les entreprises « devraient également commencer à réfléchir attentivement » à leur position sur les impôts payés au gouvernement russe, a déclaré Shoesmith.

« Il y a des tentatives pour trouver de bonnes solutions concernant le paiement des impôts », a-t-elle déclaré. « S’ils paient des impôts en Russie, quelles sont les solutions qu’ils peuvent trouver pour combler le solde ? »

Shoesmith a déclaré que lors de coups d’État militaires et de crises de réfugiés passés, les entreprises ont effectué des paiements équivalents à leurs factures d’impôts à des organisations non gouvernementales visant à aider les gens.

« SUICIDE D’ENTREPRISE »

« Il y a un grand mouvement dans notre industrie pour se concentrer sur les entreprises avec une gouvernance d’entreprise et des normes éthiques solides – et cela signifie également des problèmes de société », a déclaré Jack Martin, directeur des investissements chez Oberon Investments, qui détient des actions d’Unilever, Diageo (LON 🙂 Plc, Burberry Group (OTC 🙂 Plc et LVMH Moet Hennessy Louis Vuitton SE (OTC:). « C’est un suicide d’entreprise, vraiment, en ce moment de ne pas se retirer de la région. »

Joe Sinha, directeur marketing de Parnassus Investments à San Francisco, a déclaré que son entreprise n’avait aucune exposition directe aux entreprises russes, mais s’adressait aux entreprises américaines du portefeuille qu’elle détient avec plus d’environ 2%. de l’exposition des revenus à la Russie pour demander des détails sur leur réflexion sur l’opportunité de rester ou de quitter le pays.

« Nous ne sommes pas normatifs, nous essayons de comprendre leurs rôles et leurs choix », a déclaré Sinha. Alors que Parnassus soutient des mesures telles que des sanctions qui coupent les banques russes et les entreprises technologiques proches de l’armée, a-t-il déclaré, l’analyse pourrait être différente pour les entreprises alimentaires qui servent les consommateurs.

« Pour certains biens et services, cela nuirait à des citoyens individuels qui n’ont rien à voir avec le régime », a-t-il déclaré. « Il y a des zones grises.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.