Skip to content
Les ministres de l’énergie de l’UE font un dernier effort pour parvenir à un accord sur le plafond d’essence


Écouter l’article

Les ministres de l’énergie se sont réunis à Bruxelles lundi 19 décembre pour tenter de parvenir à un accord sur un plafonnement des prix du gaz avant la fin de l’année.

Bien que les ministres aient pour objectif de s’entendre sur une limite de prix du gaz inférieure à 200 € par mégawattheure (MWh), les débats pourraient durer « jusque tard dans la nuit », a déclaré un diplomate de l’UE à EUobserver.

Lire et décider

Rejoignez EUobserver aujourd’hui

Devenez un expert de l’Europe

Accédez instantanément à tous les articles et à 20 ans d’archives. Essai gratuit de 14 jours.

… ou inscrivez-vous en groupe

Le dossier, qui fait débat depuis des mois, est soutenu par 15 pays, dont la France et l’Espagne. Mais l’Allemagne et les Pays-Bas sont restés profondément sceptiques quant à la proposition et ont poussé à une approche plus prudente, par crainte que les fournisseurs de gaz ne déménagent ailleurs.

« Nous devons faire baisser les prix de l’essence, et personne en Allemagne n’est contre cela », a déclaré à son arrivée le ministre allemand de l’Economie et de l’Action climatique, Robert Habeck. « Mais nous savons, grâce aux interventions précédentes sur le marché, que nous devons faire attention à ne pas commettre d’erreurs techniques irréfléchies. »

« Cela devient de plus en plus compliqué. J’espère que tous mes collègues se sont bien préparés », a-t-il ajouté.

La présidence tchèque avait élaboré un plan avant la réunion de lundi, diffusé parmi les négociateurs pour un mécanisme limitant les prix à 188 €/MWh.

Le commissaire européen à l’énergie, Kadri Simson, a déclaré qu’un accord était à portée de main mais nécessitait « un très fort esprit de compromis de la part de chacun ».

En début d’après-midi, les ministres ont entamé leur débat sur le plafonnement des prix, en discutant deux alternatives à 188 €/MWh et 180 €/MWh.

Il faudrait aussi que l’écart avec le gaz naturel liquéfié importé soit supérieur à 35 €. Les contrats au-dessus du plafond ne pourront pas être exécutés. Dans un effort pour embarquer l’Allemagne et les Pays-Bas, la dernière proposition contient également des détails sur la suspension immédiate du mécanisme s’il met en danger la sécurité de l’approvisionnement.

Les contrats à terme sur le gaz néerlandais de référence pour le premier mois se négocient actuellement autour de 110 €/MWh, mais pourraient grimper si les conditions météorologiques froides persistent.

Le règlement n’exige pas formellement l’unanimité.

Le ministre tchèque de l’Industrie, Jozef Sikela, qui a présidé la réunion, a déclaré qu’il chercherait l’accord de tous les États membres.

Mais il n’a pas exclu de convoquer un vote si ses efforts échouaient, ce qui aurait pour effet de vaincre l’opposition allemande et néerlandaise.

« Aujourd’hui, nous devons nous mettre d’accord sur un mécanisme qui empêchera les ménages et les entreprises européens des pics de prix du gaz que nous avons vus au cours de l’été dernier », a déclaré Sikela.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.