Skip to content
Les musées de la Ville de Paris associent leur programmation aux femmes

« Les musées de la Ville de Paris se portent bien ! ». C’est sur ce bilan plus que positif que la socialiste Carine Rolland, adjointe à la Ville de Paris en charge de la culture, témoigne du succès de la saison 2021-2022 qui s’apprête à s’achever. Après deux années marquées par la pandémie et une vie culturelle entravée, les expositions et collections des quatorze musées parisiens ont attiré plus de 2,2 millions de visiteurs en 2021. Leur fréquentation a même dépassé, au premier trimestre 2022, celle de 2019 fin 2021. l’année. même période. Une performance qui s’explique par un programme « exigeant, ambitieux et accessible à tous »selon Carine Rolland.

Mais Paris Musées ne veut pas se reposer sur ses lauriers. Pour sa programmation 2022-2023, qui débutera en septembre, les musées de la capitale ont décidé de rendre hommage aux femmes créatrices – plasticiennes, photographes et actrices – à travers des expositions aux thématiques variées. « Nous voulons leur donner de la visibilité, car ce sont avant tout de grands artistes pour certains oubliésdit Carine Rolland. Paris Musées souhaite participer à ce mouvement d’émancipation des femmes qui s’opère actuellement dans notre société. »

Ce volet féminin, le Musée de la Vie Romantique a déjà commencé avec son exposition temporaire « Les Héroïnes Romantiques », qui a débuté le 6 avril et se terminera le 4 septembre. Pour poursuivre sur cette thématique, le musée invitera, entre avril et septembre 2023, les L’artiste plasticienne française Françoise Pétrovitch, peu connue du grand public, investit tous les espaces de l’établissement. De la maison aux ateliers en passant par le jardin, le musée proposera ainsi un parcours autour des peintures, sculptures et dessins de l’artiste. « Que reste-t-il du romantisme dans l’art contemporain aujourd’hui ? », demande Gaëlle Rio, sa directrice. Deux thèmes seront mis à l’honneur : la nature et le sentiment amoureux traversé par les non-dits et les incertitudes du couple. Plusieurs pièces, créées pour l’occasion, seront présentées au public pour la première fois.

Anna-Eva Bergman et Zoe Leonard du Museum of Modern Art

Quant au Musée d’Art Moderne de Paris, l’accent mis sur les femmes créatrices sera double. A partir du 31 mars et jusqu’au 16 juillet 2023, l’établissement organisera une rétrospective consacrée à la peintre franco-norvégienne Anna-Eva Bergman. « Il y a une forme de confidentialité autour de son travail, parce que c’est une femmeprécise Fabrice Hergott, directeur de l’établissement. Aujourd’hui, son talent demande à être reconsidéré. » Alors que le musée l’avait déjà célébrée en 1977, cette artiste, figure incontournable de la peinture d’après-guerre, est de retour dans les salles consacrées aux grandes expositions historiques, avec plus de deux cents œuvres (peintures, arts graphiques, manuscrits et archives). En collaboration avec la Fondation Hartung-Bergman, l’exposition mettra en lumière son travail, caractérisé par un langage pictural inspiré des paysages et des mythologies nordiques.

Il vous reste 41,84% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.


Lemonde Arts

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.