Les pompiers manifestent à Paris pour réclamer une prime pour les JO

Au moins 1.800 pompiers, encadrés par de nombreux agents des forces de l’ordre, ont défilé jeudi après-midi dans les rues de Paris, notamment pour obtenir une prime pour les Jeux olympiques, a constaté un journaliste de l’AFP.

Partis de la place de la République, les manifestants sont arrivés sous un déluge de pétards craquants et de fumigènes place de la Nation, où ils ont déployé une banderole « Pompiers suicide, SDIS coupables #Silence sous mon casque ».

Selon les syndicats organisateurs de la manifestation, entre 3 000 et 3 500 personnes se sont rassemblées à Paris tandis que la préfecture de police de Paris en dénombrait 1 800.

Quelques tensions sont apparues avant le départ du cortège, lorsque les pompiers ont lancé quelques gros pétards. La police est intervenue pour extraire certains manifestants.

Interrogée sur ces tensions, la préfecture de police de Paris n’a pas répondu dans l’immédiat.

Les pompiers professionnels territoriaux et les personnels des services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) réclament davantage d’embauches, un suivi médical adapté et une prime pour leur implication aux JO de Paris.

« L’une de nos préoccupations immédiates est l’égalité de traitement par rapport à la prime olympique. Nous voulons être traités comme les policiers et les gendarmes», a déclaré à l’AFP Sébastien Delavoux, délégué syndical CGT Sdis.

« Les policiers ont obtenu des primes allant de 1 500 à 1 900 euros. Nous demandons la même chose», a poursuivi le syndicaliste.

Jeudi, neuf syndicats ont appelé à une journée de mobilisation, avec des préavis de grève en France et un cortège à Paris.

sc-abo/cal/swi

Quitter la version mobile