Skip to content
Les rebelles travaillistes qui ont rejoint les piquets de grève seront sanctionnés, insiste David Lammy

Le Parti travailliste a déclaré qu’un « parti sérieux du gouvernement » ne se joignait pas aux piquets de grève, car il a confirmé que les rebelles du premier rang seraient sanctionnés pour avoir rejoint les cheminots en grève.

David Lammy, le secrétaire d’État fantôme aux Affaires étrangères, a déclaré dimanche que bien que le nom du parti soit « travailliste », cela ne signifie pas qu’il soutient les syndicats de travailleurs en grève.

Plus tôt cette semaine, Sir Keir Starmer, le chef du parti travailliste, a lancé un ultimatum à ses députés de ne pas rejoindre les lignes de piquetage aux côtés des cheminots en grève, ce qui a été ignoré par au moins quatre de son équipe de tête, aux côtés de dizaines de députés d’arrière-ban.

M. Lammy a déclaré à la BBC que le whip en chef du parti « leur parlera la semaine prochaine et leur indiquera très clairement qu’un parti sérieux du gouvernement ne rejoint pas les lignes de piquetage ».

« Il est probable qu’il y aura encore des différends dans les semaines et les mois à venir, nous sommes dans une crise du coût de la vie, et les gens seront sans aucun doute préoccupés par la hausse de l’inflation et par où leurs salaires en résultent. , » il a dit.

« Un parti sérieux du gouvernement, au gouvernement, est dans le métier de la négociation. S’asseoir à la fois avec les grévistes et la direction qui font ces conditions de travail.

« Je ne pense pas qu’il soit utile de se tenir sur les lignes de piquetage. »

« Le travail a un leadership fort et une direction claire du voyage »

M. Lammy a également rejeté la suggestion selon laquelle Sir Keir avait « perdu le contrôle » de ses députés après que des dizaines aient été vus sur les lignes de piquetage.

« Le Parti travailliste est en position de force, a une direction forte et une direction claire », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il n’y avait « aucune suggestion de conflit au sein du parti ».

« Soyons clairs, le nom est Labour, et c’est le Labour pour une raison. C’est le Labour parce que nous voulons historiquement nous associer aux travailleurs où qu’ils se trouvent à travers le pays.

« Prenons ces grèves des chemins de fer, les travailleurs trouvent très difficile de ne pas pouvoir se rendre au travail pour gagner leur vie, mais il y a également des travailleurs qui travaillent dans les chemins de fer qui voient leur salaire diminuer et qui s’inquiètent des licenciements à cette fois. »


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.