Les robots taxis de Google autorisés à San Francisco

En ouvrant son service de taxi sans chauffeur au grand public, Waymo creuse l’écart avec ses concurrents.

Après le Golden Gate, le robotaxis Waymo pourrait bien être la nouvelle attraction de San Francisco. Google vient d’annoncer l’ouverture de son service de taxi sans chauffeur au grand public de la ville. Jusqu’à présent, les taxis autonomes Waymo, des Jaguar blanches équipées de caméras, de capteurs et de radars, étaient réservés aux testeurs et aux premiers utilisateurs du service. Il a fallu trois ans de tests pour que Google franchisse le pas. Les taxis Waymo circulent déjà depuis 2020 à Phoenix (Arizona), ville bien desservie et peu piétonne, ainsi qu’à titre expérimental à Los Angeles. A San Francisco, connue pour ses collines escarpées, ses tramways et son brouillard légendaire, les tests ont débuté il y a trois ans. Le service, devenu payant l’été dernier, comptait près de 300 000 personnes sur liste d’attente, selon l’entreprise.

«  Avec des dizaines de milliers de trajets chaque semaine, Waymo One transporte les résidents et les visiteurs en toute sécurité, de manière durable…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous en reste 63% à découvrir.

Vente flash

1€ par mois pendant 3 mois. Sans engagement.

Déjà abonné ? Connectez-vous