Skip to content
Les rues d’Europe s’assombrissent pour économiser de l’énergie – POLITICO


Appuyez sur play pour écouter cet article

Poussées par une crise énergétique imminente, les villes d’Europe éteignent les lumières.

Alors que l’Espagne a rendu ces mesures obligatoires, ordonnant aux magasins d’éteindre leurs lumières la nuit, dans d’autres endroits, les autorités locales appuient volontairement sur l’interrupteur, arguant que c’est le bon moment pour tester des mesures d’économie de lumière.

Berlin éteint les projecteurs illuminant 200 de ses bâtiments et monuments historiques, et un certain nombre de villes d’Autriche, d’Allemagne et d’Italie ont réduit l’éclairage public ou éteint les enseignes commerciales.

En France, 14 communes du département du Val d’Oise au nord de Paris testent des mesures d’extinction complète de l’éclairage public la nuit. Les autorités locales estiment que l’extinction de l’éclairage public pendant trois heures et demie chaque nuit contribuera à réduire la consommation d’énergie d’environ un quart.

« L’énergie [price] boum nous a fait franchir le pas et tenter cette expérience », Yannick Boëdec, maire de la commune de Cormeilles-en-Parisis, Raconté BFMTV en juin.

Les villes rejoignent quelque 12 000 communes en France qui éteignent déjà totalement ou partiellement l’éclairage public la nuit.

Ces mesures sont soutenues par des militants et des scientifiques de la pollution lumineuse, qui affirment qu’une lumière artificielle excessive fait des ravages sur la santé humaine et l’environnement.

Éteindre les lumières est la mesure « la plus facile » à prendre car elle « ne coûte presque rien et… rapporte immédiatement en euros, en kilowattheures économisés et en réduction de la pollution lumineuse », a déclaré Anne-Marie Ducroux, porte-parole de l’ANPCEN. , association française de lutte contre la pollution lumineuse.

Les plans font partie de la réponse du bloc à la crise énergétique, mais certains craignent que l’extinction des lampadaires ne rende les villes moins sûres.

« L’éclairage public contribue à la sécurité publique », a déclaré un chef d’entreprise habitant à Taverny, l’une des communes participant à l’expérimentation, arguant qu’il fallait s’attacher à limiter les autres types d’éclairage, par exemple ceux des vitrines.

Débats sur la sécurité

Pour les communes françaises du Val d’Oise, la principale motivation pour éteindre l’éclairage public entre 1h15 et 4h45 est de maîtriser les dépenses publiques face à la flambée des prix de l’énergie.

Boëdec a déclaré que sa commune avait dépensé 2 millions d’euros pour l’éclairage public en 2021 ; cela pourrait grimper à 2,8 millions d’euros cette année si aucune mesure n’est prise.

Mais les communes tiennent à souligner que l’expérimentation permettra également de juguler la pollution lumineuse. Plus d’obscurité aidera à « respecter le rythme du jour et de la nuit, permettant aux espèces de se régénérer », a déclaré Carole Faidherbe, la première adjointe au maire de Taverny.

Les scientifiques avertissent depuis longtemps que la pollution lumineuse perturbe la biodiversité et la santé humaine | Geoffroy Van Der Hasselt/AFP via Getty Images

Les scientifiques avertissent depuis longtemps que la pollution lumineuse perturbe la biodiversité et la santé humaine. L’utilisation excessive de la lumière artificielle la nuit est liée au déclin des populations d’insectes – avec des impacts potentiellement désastreux sur les chaînes alimentaires – et aux changements dans les routes migratoires des oiseaux. Il a également été constaté qu’il contribue à une foule de problèmes de santé chez les personnes, y compris le cancer.

Pourtant, tout le monde n’est pas convaincu qu’il est logique d’éteindre les lumières pour aider la nature.

« Les villes sont de plus en plus denses et bétonnées. Des arbres sont régulièrement abattus pour des projets immobiliers, dans des cours d’école ou de collèges, pour construire des pistes cyclables… donc, mettre en avant la protection des animaux pour justifier cette décision n’est pas crédible », estime un habitant. d’Eaubonne, commune participante au dispositif, ajoutant qu’elle aimerait « connaître les statistiques des problèmes rencontrés pendant les périodes d’extinction des feux ».

La plupart des préoccupations soulevées par les habitants tournent autour de la sécurité, selon Faidherbe, la responsable de Taverny, bien qu’elle ait également souligné que le contrecoup n’était pas aussi fort qu’elle l’avait prévu.

Les mesures ont été conçues dans un souci de sécurité, a-t-elle déclaré. La fenêtre horaire tient compte de l’arrivée du dernier train de la nuit et du départ du premier train du matin et peut être ajustée les jours fériés, lorsque les rues sont plus fréquentées que d’habitude la nuit. Elle a ajouté que la vidéosurveillance continue de fonctionner même lorsque les lumières sont éteintes.

Faidherbe et Ducroux de l’ANPCEN ont également souligné des données provenant d’autres régions de France qui ne montrent aucun lien entre l’extinction des lumières publiques et une augmentation de la criminalité.

La ville de Mouy dans le nord de la France, par exemple, a enregistré une légère baisse des vols et des dommages après avoir éteint l’éclairage public en 2015.

« Beaucoup craignent que la sécurité diminue, mais de nombreuses études montrent que la sécurité ne diminue pas avec moins de lumière ou que plus de lumière ne contribue pas à plus de sécurité », a déclaré Reinhard Klenke, biologiste au Centre Helmholtz pour la recherche environnementale en Allemagne.

Mais un manque de sécurité perçu peut avoir un impact majeur, en particulier sur les femmes, qui pourraient ainsi limiter leurs déplacements, selon Inés Sánchez de Madariaga, chaire UNESCO sur le genre dans la science, la technologie et l’innovation.

Être capable de voir son environnement est essentiel pour se sentir en sécurité, a-t-elle déclaré. « Quand les femmes perçoivent un risque d’agression sexuelle, un risque d’insécurité, elles arrêtent de se déplacer. »

Les rues d’Europe s’assombrissent pour économiser de l’énergie – POLITICO

Cet article fait partie de POLITICO Pro

Les rues d’Europe s’assombrissent pour économiser de l’énergie – POLITICO

La solution à guichet unique pour les professionnels des politiques fusionnant la profondeur du journalisme POLITICO avec la puissance de la technologie

Les rues d’Europe s’assombrissent pour économiser de l’énergie – POLITICO


Des scoops et des idées exclusives et inédites

Les rues d’Europe s’assombrissent pour économiser de l’énergie – POLITICO


Plate-forme de renseignements sur les politiques personnalisée

Les rues d’Europe s’assombrissent pour économiser de l’énergie – POLITICO


Un réseau d’affaires publiques de haut niveau

Les rues d’Europe s’assombrissent pour économiser de l’énergie – POLITICO




Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.