Skip to content
Les soldats russes qui se rendent volontairement risquent la prison


En vertu de la nouvelle législation approuvée par le président russe, les contrevenants pourraient voir jusqu’à dix ans derrière les barreaux

Les militaires russes qui «se rendre volontairement» aux forces ennemies lors d’un conflit armé risque désormais jusqu’à dix ans derrière les barreaux à son retour au pays, selon une nouvelle législation signée samedi par le président Vladimir Poutine.

Le nouvel ajout au code pénal du pays stipule que la peine la plus clémente qui pourrait être infligée pour une telle infraction est de trois ans.

Cependant, la loi permet aux primo-délinquants d’éviter les sanctions s’ils fuient la captivité et retournent dans leur unité.

Lire la suite

Le ministère de la Défense russe clarifie les détails de la mobilisation

Poutine a également approuvé plusieurs autres amendements aux lois existantes.

Les militaires qui refusent de participer aux hostilités armées, ainsi que ceux qui désertent ou évitent d’être enrôlés, risquent jusqu’à dix ans de prison.

Le pillage en temps de guerre ou lors d’une opération militaire est passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 15 ans.

Mercredi, la chambre haute du parlement russe a voté en faveur des amendements, un jour après que la chambre basse les ait approuvés à l’unanimité.

Les législateurs russes ont également introduit des définitions de «mobilisation», de «loi martiale» et de «temps de guerre» dans le code pénal du pays.

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.