Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

les souvenirs douloureux des « vols de la mort » sous la dictature militaire


Posté

Mise à jour

Durée de la vidéo : 2 min.

France 2

Article écrit par

Un bimoteur, symbole de la répression militaire argentine, a été rapatrié cette semaine à Buenos Aires. Il a été utilisé par la dictature militaire entre 1976 et 1983 pour se débarrasser des opposants politiques. Ceux-ci, après avoir été torturés, ont été drogués, puis jetés par-dessus bord la nuit au-dessus de l’Atlantique.

Un petit avion qui atteint enfin le sol argentin est un témoin glaçant des pires crimes de la dictature militaire. Ce jour-là, sur le tarmac, des familles de victimes se rassemblent autour de l’engin qui a tué leurs proches il y a près de 40 ans. « Elle a été enlevée le 8 décembre 1977 dans une église, elle a pris place dans le vol de la mort. Quelques jours plus tard, le 14 décembre, elle a été jetée à la mer depuis cet avion », raconte Carlos Oviedo, frère d’une victime des « vols de la mort ». Il est impossible de savoir combien de personnes les généraux argentins ont exécutés de cette manière entre 1976 et 1983.

30 000 victimes sous la dictature

Mais à bord de ce vol de 1977, on sait qu’il y avait des mamans de la Place de Mai. Leur seul crime était de dénoncer la répression militaire. Deux religieuses françaises ont également été tuées le même jour. Ces dernières années, les familles se sont battues pour retrouver et rapatrier des Etats-Unis le seul des cinq avions encore en service. Il sera bientôt exposé dans un musée, preuve irréfutable des crimes que l’armée a voulu cacher. Une victoire pour Cécilia de Vicenti, dont la mère a été éjectée de l’avion. « On pense qu’on a de la chance d’avoir pu faire tout ça pour mettre fin à cette histoire », elle dit. La dictature militaire argentine a fait plus de 30 000 morts.

grb2 FR

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page