Skip to content
Les temps d’évaluation à l’Institut Pinel |  Un pédophile influent pourrait éviter l’étiquette de délinquant dangereux

Un Québécois qui administrait un forum international pour pédophiles sur le web caché (toile sombre) a été condamné à huit ans de prison et pourrait être déclaré délinquant dangereux. Pourtant, il en aura fallu peu pour que Jeffrey Howard Hébert échappe à cette étiquette en raison de la négligence gouvernementale, tel un criminel violent ce mois-ci.


Le prédateur de 41 ans attend depuis des mois de subir son évaluation à l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel pour déterminer s’il doit être déclaré délinquant à contrôler ou délinquant dangereux. Ces étiquettes sont réservées aux pires criminels et contribuent à protéger le public. Le juge peut ainsi imposer une peine d’une durée indéterminée ou ordonner une surveillance étroite du contrevenant pendant des années.

Une telle expertise doit en principe être réalisée dans les 60 jours, indique le Code pénal. Cependant, après cinq mois, Jeffrey Howard Hébert a toujours 14 anse sur la liste d’attente pour être évalué par l’Institut, n’ayant gagné que quatre places en deux mois. Affligé par un sous-financement et un volume de demandes élevé, l’Institut ne peut plus respecter les délais légaux.

Plus tôt ce mois-ci, le juge Dennis Galiatsatos a fait sensation en refusant de prolonger le délai de 60 jours pour l’évaluation d’un criminel violent. Résultat : ce récidiviste s’en est sorti sans étiquette de délinquant dangereux. Le magistrat a vivement déploré les délais d’évaluation « catastrophiques » de l’Institut et l’immobilisme du gouvernement québécois.

« L’Institut Philippe-Pinel tire la sonnette d’alarme depuis plus de deux ans et l’Etat a choisi de ne pas réagir. […] Il est inacceptable que rien n’ait été fait », a déclaré le juge Galiatsatos. Un employé a révélé que l’Institut mettrait « trois ans » pour respecter le délai légal.

Cette décision pourrait remettre en cause les bilans d’une vingtaine de prédateurs et agresseurs. Dans l’affaire du pédophile Jeffrey Howard Hébert, le juge Yves Paradis s’est dit « totalement d’accord avec le raisonnement et les conclusions » de son collègue de la Cour du Québec. « Je ne peux pas dénoncer la situation en des termes plus forts que la décision de mon collègue », a déclaré le juge Paradis le 9 décembre.

Cependant, le juge a fait preuve d’imagination afin de ne pas faire échouer le processus d’évaluation. Ainsi, après avoir entériné la suggestion courante d’une peine de huit ans, le juge a alors ordonné une évaluation post-sententielle, mais en vertu d’un autre article du Code criminel.

Rien n’indique cependant que le pédophile passera soudainement à la première place de l’évaluation dans les semaines à venir.

Or, le temps presse puisque Jeffrey Howard Hébert n’a en fait que deux ans de prison à purger avant d’être libéré, puisque sa durée de détention déduite a été calculée au double en raison notamment d’une agression sexuelle subie en prison. Il sera également soumis à trois ans de probation à sa libération.

Des milliers de photos et de vidéos

Les crimes commis par Jeffrey Howard Hébert sont particulièrement troublants. Le pédophile a notamment photographié depuis sa résidence du quartier Dorval des enfants âgés de 2 à 4 ans. Plus de 700 photos de ces enfants, nus, ont été retrouvées chez lui parmi une montagne de pédopornographie.

En effet, la police a découvert sur un quart du contenu d’une seule clé USB pas moins de 90 000 photos et 1 500 vidéos pédopornographiques avec des détails particulièrement choquants, notamment des enfants agressés sexuellement par des adultes et même des scènes de bestialité. et la scatologie.

Et ce n’est peut-être que la pointe de l’iceberg puisque ses ordinateurs étaient cryptés. Selon le résumé des faits, Jeffrey Howard Hébert consommait de la pornographie juvénile plusieurs heures par jour.

Il faut dire que le Québécois était un acteur incontournable du monde pédophile sur le web caché. Il a été modérateur et même administrateur d’un forum de discussion pour pédophiles. En juillet 2014, il a participé à 13 747 messages sur ce forum. Parmi ceux-ci, Jeffrey Howard Hébert a offert des conseils techniques pour exploiter sexuellement des enfants et a raconté comment il a lui-même agressé des enfants. A noter qu’il a des antécédents de contacts sexuels avec un mineur.

Me Amélie Rivard représente le ministère public, tandis que Mme.e Clara Daviault défend l’accusé.

L’affaire reviendra devant le tribunal en février pour une évaluation de suivi.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.