Skip to content
Les villes et les régions sont aux côtés des citoyens et des PME avant un hiver difficile


Après avoir été à l’avant-garde de la réponse à la pandémie et de l’accueil des réfugiés d’Ukraine, les villes et les régions se préparent à de nouveaux défis.

Partout en Europe, le mécontentement des citoyens est manifeste, exaspéré par la persistance des urgences et anxieux de ce qu’ils trouveront dans leur prochaine facture énergétique. Nos familles, nos entrepreneurs et propriétaires de petites entreprises demandent des solutions concrètes à ces problèmes pressants, notamment la flambée des prix de l’énergie.

Les villes et les régions peuvent jouer un rôle crucial pour répondre à la crise énergétique.

Je crois que notre rôle de leaders régionaux et locaux commence par donner l’exemple en réduisant la consommation d’énergie de nos bâtiments publics, en abaissant la température de chauffage en hiver, en isolant les bâtiments publics pour les rendre plus économes en énergie, en déployant des bus électriques, en optimisant la gestion des déchets et en passant à — et même produire — le plus possible d’énergie propre localement.

Ma région fait sa juste part avec près de 80 % de la production d’énergie provenant de sources renouvelables. Le nouveau siège régional est actuellement construit selon les normes de construction passive en utilisant des solutions innovantes qui consommeront huit fois moins d’énergie que dans les bâtiments normaux.

Dans la région d’Andalousie, dirigée par Juan Manuel Moreno Bonilla, 100 % de l’électricité consommée par les installations de l’administration régionale provient désormais de sources renouvelables. Ce changement contribue non seulement aux objectifs climatiques mais aussi à l’économie régionale, étant donné que l’Andalousie est l’un des principaux producteurs d’énergie renouvelable en Europe.

La ville d’Espoo, dans la région d’Helsinki dirigée par Markku Markkula, deviendra totalement climatiquement neutre d’ici 2030, grâce à l’utilisation de solutions numériques innovantes et à une forte coopération entre les secteurs public et privé et à l’engagement actif des citoyens.

Nous soutenons pleinement la nécessité de réduire la dépendance énergétique vis-à-vis du gaz russe et d’accroître l’autonomie énergétique de l’Europe. Cela améliorera non seulement la sécurité énergétique et l’abordabilité de l’énergie pour les citoyens et les entreprises, mais créera de nouveaux emplois localement. Cela offrira également la possibilité de passer à des sources plus durables et de réduire les émissions de dioxyde de carbone et la pollution de l’air, rendant nos villes, municipalités et villages plus propres et plus attrayants pour y vivre.

Pour ce faire, nous devons investir dans des solutions innovantes, des infrastructures appropriées, y compris des énergies renouvelables transfrontalières, mais aussi dans d’autres types d’énergie écologiquement durables.

Cette transition ne peut être réalisée qu’à partir de la base en engageant pleinement tous les niveaux de gouvernement, en particulier le niveau local et régional. L’énergie est consommée dans les villes et les régions et la toute première réponse doit commencer ici.

Les PME, en particulier les PME familiales, sont l’épine dorsale de notre société. Ils sont désormais confrontés à des factures énergétiques écrasantes. L’UE – en tant qu’Europe qui protège – devrait donc aller de l’avant avec la mise en place d’un bouclier des prix contre la hausse des prix de l’énergie.

Nous nous félicitons des propositions présentées dans l’état de l’Union pour enrayer la flambée des prix de l’énergie, mais il est regrettable et décevant que le rôle éminent des autorités régionales et locales n’ait une fois de plus même pas été mentionné dans le discours de la présidente Ursula von der Leyen.

Les villes et les régions ont également besoin d’un soutien adéquat. C’est pourquoi les dirigeants locaux et régionaux du PPE qui se sont réunis à Brno avec les dirigeants nationaux et européens ont appelé à une utilisation plus efficace des investissements de l’UE pour améliorer la production et la consommation locales et régionales d’énergie renouvelable, les transports publics à faible émission de carbone, l’efficacité énergétique dans les bâtiments publics, le stockage local de l’énergie , et le renforcement de la recherche et de l’innovation dans le domaine des carburants durables à faible émission de carbone et alternatifs.

Les villes et les régions sont des acteurs clés dans l’atténuation de la crise climatique. Nous agissons également en tant qu’ambassadeurs du climat tout en montrant l’exemple. Cela fera également partie de notre message lors de la prochaine réunion de la COP27 en novembre en Égypte où je représenterai le Comité européen des régions (CdR).

Le PPE-CoR demande également des fonds directs pour les autorités locales et régionales mettant en œuvre des projets qui accélèrent la transition énergétique conformément au plan RePowerEU, ainsi qu’une solution équitable à l’échelle de l’UE pour un plafond des prix de l’énergie sans quitter aucune région, ville ou municipalité derrière.

Nous avons demandé au Conseil de l’énergie d’approuver les plans énergétiques d’urgence pour aider les citoyens et les PME à régler leurs factures énergétiques. Nous réitérons nos responsabilités à cet égard et exprimons notre engagement politique et notre solidarité à travailler en étroite collaboration pour construire des régions, des villes et des municipalités durables, cohésives et inclusives dans toute l’UE.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.