L’État rachète la filiale câbles sous-marins de Nokia

L'usine de production de câbles de Calais (Pas-de-Calais), Alcatel Submarine Networks, 9 décembre 2022.

Malgré le contexte politique, les affaires continuent pour le ministère de l’Économie. Bercy a annoncé, jeudi 27 juin, avoir signé avec Nokia une promesse de rachat de 80 % du capital d’Alcatel Submarine Networks (ASN), la filiale de l’équipementier pour la production et l’installation de câbles sous-marins de télécommunications. Finlandais.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés La lassitude des salariés de Nokia France en attendant le sixième plan de départs en huit ans

L’opération valorise l’entreprise à environ 350 millions d’euros, dette comprise. Une fois celui-ci supprimé, l’Agence des participations de l’État (APE), qui pilote la transaction, paiera environ 100 millions d’euros pour racheter ce bloc. La vente devrait être définitivement signée en fin d’année. Nokia conservera les 20 % restants du capital, mais l’État dispose d’options pour racheter à terme cette part résiduelle.

Le groupe finlandais, qui a hérité d’ASN en 2015 lors du rachat d’Alcatel-Lucent, a commencé à réfléchir à l’avenir de cette entreprise dans son périmètre il y a environ deux ans. « Les acheteurs potentiels ne nous convenaient pas complètement, c’est pourquoi nous avons décidé de réaliser cette acquisition en direct »explique Bercy, convaincu du caractère stratégique de cette entreprise : 99% du trafic Internet mondial transite par des câbles sous-marins et, avec sa façade maritime, la France est un centre névralgique du réseau.

Le chiffre d’affaires a doublé en cinq ans

Par ailleurs, le sabotage, en septembre 2022, du gazoduc Nord Stream, dans la mer Baltique, a montré la vulnérabilité potentielle des infrastructures sous-marines. Mais outre son usine de production de câbles de Calais (Pas-de-Calais), la plus grande d’Europe, l’ASN dispose d’une flotte de sept navires, dont deux spécialement destinés aux opérations de réparation ou de maintenance. .

ASN, que Nokia avait déjà tenté de céder fin 2018, a bénéficié ces dernières années d’une explosion de son marché portée par les géants du numérique, comme Google et Facebook, devenus les plus grands installateurs de câbles sous-marins au monde. .

Son chiffre d’affaires a doublé en cinq ans, atteignant 1,12 milliard d’euros en 2023, et le câblodistributeur a investi plus de 100 millions d’euros en 2021 et 2022 pour augmenter les capacités de production et de stockage de son usine de Calais, où il emploie directement un peu plus de 600 personnes et environ 400 salariés sous-traitants. ASN, qui dispose aussi d’une usine à Greenwich, près de Londres, pour fabriquer des amplificateurs, partage le marché avec l’américain SubCom et le japonais NEC.

«Aucun sujet sur le staffing»

Il vous reste 29.17% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.