Skip to content
L’Europe manque de médecins – POLITICO


Appuyez sur play pour écouter cet article

Exprimé par l’intelligence artificielle.

LE VIGAN, France — Les médecins de la petite ville française du Vigan vieillissent.

Dans le but d’attirer de nouveaux médecins généralistes pour remplacer les trois qui prendront bientôt leur retraite, ils ont construit – à partir de zéro – un centre médical interdisciplinaire, le modèle ayant été présenté comme un moyen de rendre la médecine générale plus attrayante pour les jeunes médecins.

Le problème, c’est que ça ne marche pas.

En cinq ans de recherche de remplaçants, pas une seule personne ne s’est manifestée.

« Je ne pensais pas qu’il y aurait un tel désaveu de la médecine rurale », a déclaré Antoine Brun d’Arre, 59 ans, l’un des médecins généralistes locaux qui a créé le centre.

Et ainsi, malgré tous leurs efforts pour l’empêcher, la ville du sud de la France deviendra probablement un autre des soi-disant «déserts médicaux» du pays.

Le Vigan, qui compte environ 4 000 habitants et se niche dans une vallée à l’extrémité sud du Massif central, n’est pas le seul français ville peine à attirer des médecins. Mais l’ampleur des défis auxquels elle est confrontée est emblématique d’une crise à l’échelle européenne dans laquelle les médecins sont trop loin, trop peu nombreux ou trop âgés.

Près de 7 millions de personnes en France n’ont pas de médecin traitant. Géographiquement, 30% de la population du pays vit dans une région où l’accès aux médecins généralistes est faible, a déclaré Guillaume Chevillard, géographe de la santé et chercheur à l’Institut de recherche et d’information en économie de la santé.

Les perspectives ? Sombre.

Il y a désormais plus de médecins généralistes en France qui partent à la retraite que de nouveaux qui s’installent. Le nombre de médecins généralistes a déjà chuté de 5,6 % entre 2012 et 2021. Et la prochaine décennie sera particulièrement difficile : bien que le nombre de médecins formés ait augmenté ces dernières années et que le gouvernement ait récemment supprimé le plafond des places dans les facultés de médecine, ces chiffres ne reconstituera pas la main-d’œuvre assez rapidement.

Cette réalité touche déjà la maison pour Francis et Mireille Delabarre, âgés de 85 et 79 ans, dont le médecin généraliste d’une dizaine d’années au Vigan prend bientôt sa retraite.

Mireille, vexée de ne pas savoir qui sera son prochain médecin, sait clairement ce qui est à blâmer : une politique vieille de plusieurs décennies appelée numerus claususce qui a limité le nombre d’étudiants médecins.

Un passé trouble

La numerus clausus – latin pour numéro fermé — commencé en 1971. Il indiquait le nombre d’étudiants qui réussiraient à passer la première année d’études médicales. La limitation du nombre de médecins a été observée à l’époque comme une victoire globale, a expliqué Chevillard : Pour l’État et l’assurance maladie nationale, cela apprivoiserait les dépenses de santé ; pour les médecins, cela signifierait moins de concurrence et des revenus plus élevés.

L’impact a été dramatique.

Alors qu’en 1972, il y avait près de 8 600 places, le chiffre a chuté 20 ans plus tard, pour atteindre un creux de 3 500 en 1993. Les décennies qui ont suivi ont été une lente ascension de la courbe jusqu’à ce que le plafond soit supprimé en 2020.

Pourtant, la France comptait moins de médecins par habitant en 2021 qu’en 2012, passant à 318 de 325 médecins pour 100 000 habitants.

La baisse est d’autant plus difficile face à une réalité criante : la France, comme le reste de l’Europe, vieillit, et les besoins en soins de santé augmentent en conséquence.

Et les médecins ne sont pas non plus à l’abri du passage du temps. Plus de 44% de tous les médecins en France sont âgés de 55 ans ou plus. Dans tout le bloc, plus d’un tiers de tous les médecins appartiennent à ce groupe d’âge, selon les données de 2020.

La pénurie est telle que le président Emmanuel Macron a proposé le mois dernier un dispositif pour inciter les médecins partants à rester en exercice.

Environ 10 % des médecins en France travaillent pendant leur retraite.

Un continent en crise

Les pénuries de personnel de santé ne se limitent pas aux médecins – et elles ne se limitent pas à la France.

Plus de deux ans après le début d’une pandémie qui a décimé le personnel, les gestionnaires de soins de santé et les gouvernements se démènent pour bricoler un semblant de main-d’œuvre.

La pénurie de travailleurs de la santé en Europe – environ 2 millions – se fait cruellement sentir sur tout le continent.

En Grèce, les premiers intervenants tirent la sonnette d’alarme sur les délais d’intervention d’urgence plus lents en raison d’un manque de personnel. L’Angleterre manque de dizaines de milliers d’infirmières, signalant un nombre record de postes vacants. Les infirmières sont en tête de liste de toutes les professions connaissant des pénuries en Finlande. Les maternités au Portugal peinent à rester ouvertes faute de médecins.

« [The shortage of doctors] est vraiment un problème qui touche tous nos membres », a déclaré Sarada Das, secrétaire générale du Comité permanent des médecins européens (CPME), une organisation qui représente les médecins de toute l’Europe.

« À la base, c’est vraiment qu’il y a la perception que potentiellement la médecine n’est plus un choix de carrière attrayant, un choix pour les gens de rester toute une carrière. Et cela mettra vraiment en danger la durabilité des systèmes de santé à l’avenir », a-t-elle déclaré.

Das souligne que de nombreux problèmes, dont la violence au travail et l’épuisement professionnel, sont des facteurs qui compliquent le recrutement et la fidélisation du personnel.

Cette réalité menace déjà la longévité de la carrière des plus jeunes médecins européens.

De nombreux jeunes médecins ont quitté ou envisagent de quitter le marché du travail en raison des taux élevés d’épuisement professionnel et d’autres problèmes de santé mentale.

« Si ce n’est pas traité correctement, cela va créer des pénuries encore plus importantes de médecins », a déclaré Álvaro Cerame, psychiatre et président du comité du personnel médical de l’Association européenne des jeunes médecins (EJD). « Nous avons du mal à fournir des soins à nos patients. »

La situation est critique, l’EJD prévenant de l’effondrement imminent des soins de santé.

La tragédie de l’Europe est que la crise était évitable.

Cette pénurie était anticipée et a été exacerbée par la pandémie, a déclaré Martin McKee, professeur de santé publique européenne à la London School of Hygiene & Tropical Medicine.

L’Europe compte depuis longtemps sur les travailleurs de la santé étrangers des pays à faible revenu comme palliatif, a-t-il déclaré.

« De toute évidence, il y a un énorme problème. Et nous devons augmenter le personnel de santé, mais je pense que la difficulté est que d’autres choses l’ont dépassé, comme les prix de l’essence, la guerre en Ukraine », a déclaré McKee. « La durée d’attention politique est courte. »

La ligne sur la carte

La pénurie de médecins en France est autant une question de chiffres que de géographie : si les villes, y compris en région parisienne, souffrent également, le problème est particulièrement répandu dans les communes rurales.

Pour tenter de déjouer les pronostics, la commune du Vigan a tout mis en œuvre.

Les médecins ont mis en place un centre médical interdisciplinaire où travaillent six médecins généralistes, aux côtés d’autres membres de l’équipe dont un psychiatre, un psychologue, une équipe d’infirmières, un orthophoniste et des secrétaires.

Les enfants courent dans les couloirs lumineux de l’espace moderne en attendant de voir les médecins, un flux constant de patients jeunes et vieux entrant et sortant des bureaux. Les rendez-vous peuvent être réservés en ligne et les visites des patients sont consignées dans un dossier médical électronique. L’équipe participe à la formation d’internes et d’étudiants en médecine pour leur faire découvrir la médecine rurale, leur offrant même un logement spacieux au dernier étage du centre.

Il y a plus d’argent sur la table : le nouveau doc ​​en ville bénéficierait d’une prime de signature de 50 000 € – contre 40 000 € l’offre précédente – et d’importants allégements fiscaux pendant huit ans.

Ils ont mis des publicités sur Facebook et dans divers forums en ligne pour les médecins. Ils ont même embauché un recruteur international pour aider à trouver un collègue en Roumanie ou en Afrique du Nord.

Personne ne viendra.

S’ils ne le font pas, le centre médical sera contraint de fermer ses portes – les coûts de fonctionnement, quelque 220 000 € par an, seraient impossibles à supporter pour les trois médecins restants.

« Je n’aurais jamais imaginé qu’on ferait face à une éventuelle faillite », a déclaré Bénédicte Gal, 33 ans, l’une des médecins généralistes du centre.

Si elle avait su qu’on en arriverait là, elle est claire : elle n’aurait pas emménagé au Vigan. Elle et son mari partagent une pratique au centre médical, se relayant entre leurs patients et leurs trois jeunes enfants. Le couple est arrivé en 2017, choisissant l’emplacement en partie car il avait le centre médical.

Mais trouver une nouvelle équipe pour soigner les patients du centre – quelque 9 000 du Vigan et des communautés voisines – s’avère presque impossible.

D’une part, les nouveaux diplômés sont moins intéressés par le modèle de rémunération à l’acte qu’ils proposent et la charge administrative associée, a déclaré Gal. Si la majorité des médecins généralistes en France travaillent dans ce modèle, un nombre croissant exerce des fonctions salariées.

Il y a aussi la malédiction de la géographie : la ville est petite, et malgré l’attrait des activités de plein air dans le parc national des Cévennes — et de la chasse, pour Brun d’Arre — elle se trouve à plus d’une heure de route des villes de Nîmes et Montpellier.

Sylvie Arnal, qui partage son temps entre le poste de maire de la ville et sa boutique de mode, s’inquiète du fait que les citoyens n’aient peut-être aucun accès aux soins médicaux. Cette réalité imminente est particulièrement inquiétante dans une ville où une personne sur quatre est âgée de 65 ans et plus – une proportion plus élevée qu’à l’échelle nationale.

Cela se reflète également dans le travail des médecins : en plus de la clinique de soins primaires, ils effectuent des visites à domicile pour les patients âgés ; offrir des soins palliatifs et de fin de vie à domicile et à l’hôpital; et soigner plus de 100 patients dans deux foyers de soins locaux.

La perte des médecins laisserait ces patients en plan.

Questions difficiles

La crise des effectifs en France a soulevé la question controversée de savoir si les médecins devraient être dirigés vers le travail dans les déserts médicaux en limitant leur installation dans les zones bien desservies ; de telles mesures sont déjà en place pour d’autres professionnels de la santé, comme les infirmières, les sages-femmes et les physiothérapeutes. Mais la pression du gouvernement pour ajouter de manière imminente une quatrième année de formation, à faire dans une zone mal desservie, pour que les médecins se forment à devenir médecins généralistes, a été largement accueillie. protestations et grèves.

Un tel plan pourrait se retourner contre lui, a déclaré Raphaël Presneau, président d’un syndicat représentant les médecins en formation pour devenir médecins généralistes (ISNAR-IMG). Cette décision risque d’annuler l’intérêt lent mais croissant des étudiants en médecine pour la médecine générale, le nombre total de places de formation ayant été pourvus depuis deux années consécutives maintenant, a-t-il déclaré.

Dans l’état actuel des choses, la France cherche à tirer le meilleur parti du temps de ses médecins actuels, en déplaçant certaines tâches des listes de tâches des médecins vers celles d’autres agents de santé. Une nouvelle fonction, celle d’assistant médical, a été introduite en 2019, avec pour objectif d’alléger le travail administratif et de libérer les médecins pour la prise en charge des patients.

À long terme, il serait également utile que les étudiants en médecine reflètent plus fidèlement la diversité géographique et sociale du pays, a déclaré le géographe de la santé Chevillard. « Cela coûte moins cher d’avoir des médecins qui ressemblent un peu plus aux différentes régions que d’avoir des médecins urbains qui doivent bénéficier de tous les services qu’ils souhaitent dans les zones rurales », a-t-il déclaré.

Mais, pour l’instant, la nécessité de tirer le meilleur parti de la flotte disponible est vitale. Bien qu’elle fixe désormais un nombre minimum de médecins à former en fonction des besoins, la France n’aura pas la même couverture médecin par habitant qu’en 2021 jusqu’en 2035, après prise en compte du vieillissement de la population et de ses médecins.

S’attaquer aux déserts médicaux et à la pénurie sous-jacente de travailleurs de la santé n’a jamais été facile, mais cela n’a jamais été aussi urgent, les patients et les travailleurs de la santé subissant les conséquences d’une planification à courte vue des personnels de santé.

Brun d’Arre, dont la famille vit au Vigan depuis au moins le XVIIIe siècle, n’aurait jamais imaginé qu’il serait si difficile de convaincre d’autres médecins de s’installer également dans la ville.

Bien qu’il envisage de raccrocher son stéthoscope à 67 ans, il n’est pas encore sûr de ce calendrier.

« Peut-être que je vais rester un peu plus longtemps. »




Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.