Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Lever les sanctions pour avoir une coopération militaire, dit la Chine aux États-Unis — RT World News


Le nouveau ministre de la Défense de Pékin a été frappé de restrictions personnelles en 2018 pour avoir acheté des armes russes

Les sanctions unilatérales des États-Unis font obstacle à la coopération militaire avec la Chine, a déclaré un haut diplomate chinois. Pékin avait auparavant refusé d’accepter une rencontre entre le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin et le nouveau ministre chinois de la Défense Li Shangfu, qui fait l’objet de sanctions personnelles.

La pierre d’achoppement à la coopération a été exprimée mercredi par Liu Pengyu, le porte-parole de l’ambassade de Chine à Washington. Les sanctions « devrait être supprimée avant tout échange et coopération entre les deux pays », a-t-il déclaré lors d’un briefing, cité par Bloomberg.

Liu n’a pas précisé à quelles sanctions particulières il faisait référence, mais le point de vente a déclaré qu’il était « se référant probablement » aux restrictions personnelles imposées à Li en 2018. Le ministre faisait partie des responsables chinois ciblés par l’administration du président américain de l’époque, Donald Trump, sous CAATSA, une loi destinée à punir l’Amérique. « adversaires ».

Li a été frappé pour son rôle dans l’achat de systèmes de défense aérienne russes S-400 et de jets Su-35 pour l’Armée populaire de libération. Cependant, Washington a été notoirement sélectif dans l’application du CAATSA et a choisi de ne pas cibler les responsables indiens pour avoir acheté les mêmes systèmes S-400 à la Russie.


Li a été nommé nouveau ministre chinois de la Défense en mars. Le bureau d’Austin n’a pas réussi à obtenir une rencontre avec lui depuis lors. Une proposition visant à ce que les deux se rencontrent en marge du forum sur la sécurité du Dialogue de Shangri-La en juin a été repoussée par Pékin.

Selon les sources de Bloomberg, des responsables chinois ont déclaré en privé à leurs homologues américains que Li et Austin ne pouvaient pas être sur un pied d’égalité tant que les sanctions étaient en place. La position pose une énigme pour l’administration du président Joe Biden, qui souhaite reconstruire les communications militaires avec la Chine mais risque d’apparaître faible si elle acquiesce aux demandes de suppression des mesures.

Les relations américano-chinoises, y compris par les voies militaires, ont été dégradées par Pékin en représailles à la visite à Taïwan de la présidente de la Chambre Nancy Pelosi en août dernier. Selon les médias, Biden n’a pas été en mesure de convaincre Pékin que son administration n’avait rien à voir avec le voyage de la plus haute députée, qu’elle a fait contre les objections chinoises.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page