Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

L’industrie pétrolière russe résiste aux taxes écrasantes – Kommersant — RT Business News


L’augmentation des prélèvements aurait entraîné des rendements négatifs sur la production et les ventes intérieures.

Les plus grandes compagnies pétrolières russes se sont plaintes du fait que la lourde charge fiscale combinée au contrôle des prix nationaux des carburants entraîne des rendements négatifs sur la production et le commerce de détail, a rapporté mardi le quotidien économique Kommersant.

Plusieurs majors de l’industrie ont répondu au début du mois à une demande d’évaluation de la pression fiscale et de son impact sur les prix des carburants, émanant du président de la commission de l’énergie de la chambre basse du parlement russe, Pavel Zavalny.

La question a été discutée dans le contexte d’une flambée des prix de gros du carburant enregistrée en septembre et de mesures drastiques prises par les autorités russes pour freiner cette hausse. À l’époque, le gouvernement avait introduit une interdiction temporaire sur les exportations de diesel et d’essence. Les restrictions liées au diesel ont ensuite été levées, mais une interdiction sur les expéditions d’essence hors du pays reste en vigueur.

L’augmentation des taxes sur la production et le raffinage, ainsi que le contrôle des prix par l’État, ont fait chuter les bénéfices du commerce de détail, selon le PDG de la société russe Tatneft, Nail Maganov. Il a souligné que l’entreprise devenait par conséquent peu attrayante pour les investissements et le développement.

Maganov a souligné qu’aux prix actuels de l’essence, la pression fiscale s’élève à 77,2% et à 77,3% pour le diesel. En tenant compte des coûts de transport, la pression fiscale atteint 85,7%, a-t-il indiqué. Selon l’exécutif, Tatneft a désormais des rendements négatifs sur la production et la vente de carburant sur le marché intérieur.


Selon Surgutneftegaz, le prélèvement fiscal s’élevait à 110 % du prix final d’élimination pour l’essence et à 102 % pour le diesel. L’entreprise a ajouté qu’actuellement, elle ne laisse pas assez d’argent pour couvrir l’intégralité des taxes de location, des droits d’accise et de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Le gouvernement russe a mis en œuvre des modifications en matière de fiscalité pétrolière depuis 2018, dans le but de réduire progressivement les droits d’exportation du pétrole et d’augmenter simultanément la taxe sur l’extraction minière.

Ce droit, qui sera totalement supprimé en 2024, sert à réduire le prix du pétrole sur le marché intérieur et sert de subvention indirecte aux raffineurs. Les autorités ont accordé aux compagnies pétrolières locales un droit d’accise inversé sur le pétrole et un amortisseur de carburant, financés par les taxes sur la production pétrolière, pour compenser en partie la perte de subvention.

Le gouvernement prévoyait de réduire l’amortisseur en 2023, mais a décidé de le conserver, le ministère des Finances et le ministère de l’Énergie discutant actuellement des moyens de le financer. Auparavant, le gouvernement avait fréquemment augmenté la taxe sur l’extraction minière du pétrole dans des circonstances similaires.

Pour plus d’articles sur l’économie et la finance, visitez la section affaires de RT

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page