Skip to content
L’Iran lance une fusée dans l’espace alors que les pourparlers sur le nucléaire reprennent

L’Iran avait précédemment reconnu qu’il prévoyait d’autres tests pour la fusée porteuse de satellites, qu’il avait lancée pour la première fois en février de l’année dernière.

Ahmad Hosseini, porte-parole du ministère iranien de la Défense, a déclaré que Zuljanah, une fusée de 25,5 mètres de long, était capable de transporter un satellite de 220 kilogrammes (485 livres) qui recueillerait finalement des données en orbite terrestre basse et favoriserait l’industrie spatiale iranienne. Zuljanah porte le nom du cheval de l’imam Hussein, le petit-fils du prophète Mahomet.

La Maison Blanche a déclaré qu’elle était au courant de l’annonce de l’Iran et a critiqué cette décision comme « inutile et déstabilisante ».

Le lancement intervient juste un jour après que le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, se soit rendu à Téhéran dans le but de relancer les négociations sur le programme nucléaire iranien qui sont dans l’impasse depuis des mois. Quelques points de friction importants subsistent, notamment la demande de Téhéran que Washington lève les sanctions antiterroristes contre ses gardiens de la révolution paramilitaires.

Borrell a déclaré samedi que les pourparlers sur l’accord nucléaire reprendraient dans un pays anonyme du golfe Persique dans les prochains jours, les médias iraniens rapportant que le Qatar accueillerait probablement les négociations.

L’ancien président Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire en 2018 et a réimposé des sanctions écrasantes à l’Iran. Téhéran a réagi en intensifiant considérablement ses travaux nucléaires et enrichit désormais l’uranium plus près que jamais des niveaux de qualité militaire.

Dans une nouvelle escalade qui limite la vision de la communauté internationale sur son programme nucléaire, l’Iran a retiré plus de deux douzaines de caméras de l’Agence internationale de l’énergie atomique de ses sites nucléaires ce mois-ci. Le directeur de l’agence a qualifié cette décision de « coup fatal » à l’accord nucléaire en lambeaux.

Les lancements de fusées de Téhéran ont sonné l’alarme à Washington au milieu de l’effondrement de l’accord nucléaire. Les États-Unis avertissent que les lancements défient une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies appelant l’Iran à éviter toute activité liée aux missiles balistiques capables de transporter des armes nucléaires.

La Maison Blanche a déclaré dimanche qu’elle s’était engagée à utiliser des sanctions et d’autres mesures pour empêcher de nouvelles avancées dans le programme de missiles balistiques de l’Iran.

L’évaluation de la menace de la communauté américaine du renseignement pour 2022, publiée en mars, affirme qu’un tel lanceur de satellite « raccourcit le délai » à un missile balistique intercontinental pour l’Iran car il utilise des « technologies similaires ».

L’Iran, qui a longtemps déclaré qu’il ne cherchait pas à se doter d’armes nucléaires, maintient que ses lancements de satellites et ses essais de roquettes n’ont pas de composante militaire.

Alors même que le gouvernement iranien a accentué son attention sur l’espace, en envoyant plusieurs satellites de courte durée en orbite et en 2013 en lançant un singe dans l’espace, le programme a connu des problèmes récents. Il y a eu cinq lancements ratés d’affilée pour le programme Simorgh, un type de fusée porteuse de satellites. Un incendie au port spatial Imam Khomeini en février 2019 a également tué trois chercheurs.


Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.