Skip to content
L’Iran offre aux entreprises indiennes une participation de 30 % dans un gisement de gaz

Par PTI IST (Publié)

mini

Citant le contrat de service d’exploration, l’Iran a demandé au consortium indien d’exercer ses droits de participation au contrat de développement jusqu’à une participation minimale de 30%, ont-ils déclaré, ajoutant que Téhéran avait demandé aux entreprises indiennes d’exercer ce droit dans les 90 jours, faute de quoi il serait considéré comme un rejet de l’offre.

L’Iran a offert à ONGC Videsh Ltd et à ses partenaires une participation de 30% dans le développement du champ gazier de Farzad-B dans le golfe Persique qui a été découvert par le consortium indien, ont indiqué des responsables.

ONGC Videsh Ltd, la branche étrangère de la société d’État Oil and Natural Gas Corporation (ONGC), avait découvert en 2008 un gisement de gaz géant dans le bloc offshore farsi de 3 500 kilomètres carrés.

En avril 2011, il a soumis un plan directeur de développement (MDP) pour amener la découverte, qui a été nommée Farzad-B, pour la production, mais les négociations ont été bloquées alors que des sanctions internationales ont été imposées à l’Iran pour ses projets nucléaires.

Les négociations ont repris en 2015, mais en février 2020, la National Iranian Oil Company (NIOC) a informé que le gouvernement iranien avait décidé d’attribuer le contrat de développement du champ à une entreprise locale.

Le contrat d’exploration, en vertu duquel OVL et ses partenaires avaient découvert des réserves de gaz dans le bloc Farsi, prévoyait que le découvreur fasse partie du développement du champ, ont indiqué les responsables.

Citant le contrat de service d’exploration, l’Iran a demandé au consortium indien d’exercer ses droits de participation au contrat de développement jusqu’à une participation minimale de 30%, ont-ils déclaré, ajoutant que Téhéran avait demandé aux entreprises indiennes d’exercer ce droit dans les 90 jours, faute de quoi il serait considéré comme un rejet de l’offre.

Les responsables ont déclaré que pour de plus amples discussions sur la participation au contrat de développement, des communications et des commentaires sur l’accord de confidentialité (CA) ont été envoyés à la NIOC en mars et un rappel le mois suivant. Cependant, la NIOC n’a pas répondu à cela, ont-ils déclaré.

OVL détient une participation de 40% dans le bloc d’exploration offshore farsi de 3 500 kilomètres carrés dans le golfe Persique d’Iran. Indian Oil Corp (IOC) détient une participation de 40% et les 20% restants appartiennent à Oil India Ltd (OIL).

Le contrat de service d’exploration (ESC) pour le bloc a été signé le 25 décembre 2002 et OVL a fait en 2008 une découverte géante sur le bloc, qui a ensuite été rebaptisé Farzad-B.

Le champ contient 23 000 milliards de pieds cubes de réserves de gaz en place, dont environ 60 % sont récupérables. Il contient également des condensats de gaz d’environ 5 000 barils par milliard de pieds cubes de gaz.

Le consortium indien a soumis un plan directeur de développement (MDP) pour le champ gazier de Farzad-B en avril 2011 à l’Iranian Offshore Oil Company (IOOC), l’autorité alors désignée par la NIOC pour le développement du champ gazier de Farzad-B.

Un contrat de service de développement (DSC) du champ gazier de Farzad-B a été négocié jusqu’en novembre 2012, mais n’a pas pu être finalisé en raison de conditions difficiles et de sanctions internationales contre l’Iran.

En avril 2015, les négociations ont repris avec les autorités iraniennes pour développer le champ gazier de Farzad-B dans le cadre d’un nouveau contrat pétrolier iranien (IPC). Cette fois, la NIOC a présenté Pars Oil and Gas Company (POGC) comme son représentant pour les négociations.

À partir d’avril 2016, les deux parties ont négocié le développement du champ gazier de Farzad-B dans le cadre d’un contrat intégré couvrant l’amont et l’aval, y compris la monétisation/commercialisation du gaz traité. Cependant, les négociations sont restées infructueuses. En 2016, l’Iran a déclaré qu’il examinait la proposition indienne mais qu’un accord était peu probable en raison de la différence entre le prix du gaz demandé par l’Iran et l’offre de l’Inde.

L’Inde a proposé un plan de développement de 6,2 milliards de dollars et un prix du gaz d’environ 4 dollars par million d’unités thermiques britanniques pour Farzad-B en 2018. Entre-temps, sur la base de nouvelles études, un plan directeur de développement provisoire (PMDP) révisé a été soumis au POGC en mars. 2017, ont déclaré des responsables, ajoutant qu’en avril 2019, la NIOC avait proposé le développement du champ gazier dans le cadre du DSC et le prélèvement de gaz brut par la NIOC au point d’atterrissage.

Cependant, en raison de l’imposition de sanctions américaines contre l’Iran en novembre 2018, les études techniques n’ont pas pu être conclues, ce qui est un précurseur des négociations commerciales.

En février 2020, la NIOC a fait part de son intention de conclure le contrat de développement de Farzad-B avec une société iranienne. En mars 2021, elle a notifié au consortium indien la signature du contrat de développement avec Petropars, une société iranienne locale.

Le consortium indien a jusqu’à présent investi environ 85 millions de dollars dans le bloc. Le contrat prévoit le remboursement au consortium indien des dépenses assorties d’un taux de rendement fixe.


cnbctv18-forexlive-benzinga

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.