Loi sur l’immigration : « Un texte qui va aggraver l’exode des médecins africains »

A la Une de la presse, ce jeudi 2 février, la présentation, hier, en France, du projet de loi sur l’immigration. Un texte déjà critiqué par la droite et la gauche. Visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Paris. Celle du Premier ministre espagnol au Maroc. Et l’effervescence de la presse portugaise sur le coût des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) prévues cet été à Lisbonne.

Le + : Recevez la revue de presse de France 24 tous les matins sur votre iPhone Ou sur tout autre motif. Et aussi en devenant fan de notre page Facebook

A la Une de la presse, ce jeudi 2 février, la présentation, hier, en France, du projet de loi sur l’immigration. Un texte déjà critiqué par la droite et la gauche.

Actuellement en pleine bataille sur la réforme des retraites, le gouvernement fait face à un « nouveau casse-tête », selon Le Figaro. Le journal rapporte les critiques des Républicains, qui voient dans le projet de loi défendu par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, « une dangereuse porte ouverte à des régularisations massives et donc un inévitable appel à l’aérien migratoire ». À gauche, Médiapart accuse l’exécutif de tenter de « faire le tri entre les bons étrangers et les mauvais » et relaie l’alerte lancée par les associations d’aide aux migrants sur « la nécessité (de titres de séjour permanents), non soumis aux aléas de l’économie (ou à une) liste des professions à géométrie variable », et sur le risque, aussi, de sortir les migrants de la « logique d’inclusion sociale ».


Le texte du gouvernement prévoit notamment de faciliter les expulsions des sans-papiers et la création d’un titre de séjour pour les métiers dits « en tension ». Le durcissement de la politique d’asile et le projet de multiplication des obligations de quitter le territoire, les « OQTF », inquiètent les associations d’aide aux demandeurs d’asile qui, selon elles, risquent de se retrouver, de plus en plus souvent, « sans existence et sans droits », dans les centres de détention.

Sortie cite les cas de sans-papiers afghans, somaliens, soudanais et bangladais, régulièrement placés en détention, même s’ils ne sont pas expulsables, en raison de la situation dans leur pays, qui équivaut à une sorte de double peine pour ces demandeurs d’asile, déjà soumis à la traumatisme de la guerre et de l’exil. La création d’un titre de séjour pour les emplois « sous pression », surtout pour les médecins étrangers, suscite également des inquiétudes, notamment l’Afrique, où l’on craint un « exode (encore plus) masse de médecins ».

Le monde rappelle que l’Afrique francophone est le deuxième pourvoyeur de praticiens étrangers en France, après l’Union européenne. Selon le Conseil de l’Ordre des médecins français, les trois quarts des 2 000 praticiens auront réussi les tests de vérification des connaissances en 2022, étaient originaires du Maghreb, dont la moitié d’Algérie.

Dans l’actualité française, également, le début de la visite officielle à Paris, ce jeudi, du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu. Pour les enjeux de cette visite, je vous invite à consulter le site de RFI, qui indique que « la question iranienne devrait largement dominer les discussions » de Benyamin Netanyahu avec Emmanuel Macron. Selon nos confrères, l’Etat hébreu cherche actuellement à former « une coalition militaire, notamment avec les puissances occidentales, pour frapper le régime iranien », dont il craint de se doter de l’arme nucléaire. RFI explique que Paris et Washington ont initialement rejeté cette option, et préféré la solution diplomatique mais que la situation a finalement « évolué », car « l’accord sur le nucléaire iranien semble définitivement compromis », et parce qu’Israël « a fait un effort pour se rapprocher de l’Occident, en le dossier ukrainien », et prévoit désormais de soutenir militairement Kyiv contre Moscou ».

Toujours dans ce dossier, Le journal de Wall Street annonce, en exclusivité, que les forces spéciales françaises ont saisi, le 15 janvier, une cargaison d’armes et de munitions iraniennes, destinée aux rebelles yéménites, dans le cadre, justement, de cet « effort pour contenir Téhéran » et « pour faire respecter l’ONU embargo sur les armes contre les Houthis au Yémen ».

Dans le volet diplomatique, également, le premier sommet depuis huit ans entre l’Espagne et le Maroc, ce jeudi 2 février. Il intervient après l’acceptation controversée par Madrid de la politique du Maroc au Sahara occidental. Annoncée comme « historique », la visite en grande pompe du président du gouvernement, Pedro Sanchez et d’une dizaine de ministres à Rabat, connaît déjà un premier couac, du moins du point de vue de la presse espagnole, et notamment de le très droitier abc, qui n’est pas fâché que le roi Mohammed VI n’ait pas jugé nécessaire d’accueillir Pedro Sanchez en personne, reportant cette rencontre à une date ultérieure. « Mohammed VI fait peu de cas des concessions faites par Pedro Sanchez et l’installe à Rabat », fulmine le journal.

La presse marocaine semble n’avoir rien à dire à ce sujet. « Le forum économique Maroc-Espagne qui s’est tenu à Rabat (il a commencé le 1er février) a été l’occasion d’exposer tout le potentiel qui reste encore à développer pour améliorer la coopération entre les deux pays et ouvrir une nouvelle ère dans leurs relations », a-t-il ajouté. dit Médias 24sans autre commentaire.

En parlant de polémique, je vous propose de jeter un œil à Courrier International, qui rend compte de l’émoi des médias portugais sur le coût des futures Journées Mondiales de la Jeunesse, JMJ, prévues l’été prochain à Lisbonne. Le coût des travaux, 160 millions d’euros, fait débat, notamment les quelque 5 millions alloués par la mairie pour la construction d’un gigantesque autel pour la messe de clôture. Des dépenses qui tournent mal dans un Portugal en pleine crise, où l’argent manque, semble-t-il, « pour rémunérer correctement les médecins, les enseignants ou les auxiliaires de vie scolaire ». « Est-ce vraiment très catholique ? demande la presse portugaise, reprise par Courrier international.


Retrouvez la Revue de presse tous les matins sur France 24 (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également la Revue des Hebdos tous les week-ends en multidiffusion.



France 24 Europe

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.