Skip to content
Lors d’un voyage fascinant avec un couple irrésistiblement étrange dans le compartiment n ° 6

Laura (Seidi Haarla) est une étudiante diplômée finlandaise qui doute d’elle-même, qui s’est retrouvée à traîner tristement à Moscou, avec une petite amie dont nous sommes sûrs qu’elle veut se débarrasser d’elle. Un voyage en train qu’ils sont censés faire ensemble, pour voir des pétroglyphes dans la lointaine Mourmansk, se transforme en un voyage qu’elle doit se préparer à faire seule.

Au lieu de cela, elle est jetée dans une voiture-lit avec son pire cauchemar: un skinhead russe appelé Ljoha (Yuriy Borisov), dont les habitudes grossières, alcooliques et fumeuses à la chaîne oppriment son espace personnel dès la première minute. Dans la deuxième minute, il se moque de son langage et demande avec moquerie si elle est une travailleuse du sexe.

Les endroits où fuir cet étranger dans un train sont rares – il vient aussi la harceler dans le wagon-restaurant. Avec sa manière de mâcher des morceaux de saucisse, du pain noir et des chips en bouchées alternées, il est le genre de personne susceptible de vous faire mendier pour la compagnie de John Candy dans Avions, trains et automobiles – un personnage qui, malgré tout son partage excessif, voulait dire bien .

Tout comme ce couple impair à deux, le film de Juho Kuosmanen suit cette relation étroite alors qu’il se fond, petit à petit, dans une intimité réticente. Il a situé ce conte dans les années 1990, après la chute de l’Union soviétique, et a quelque peu dépolitisé le roman source de Rosa Liksom, rendant également les deux personnages beaucoup plus proches en âge.

C’est un exercice captivant, dans cet environnement très pré-MeToo, de regarder Laura essayer d’étendre à Ljoha le maximum possible du bénéfice du doute, basé sur sa vie assez sombre et sans amis dans un marigot russe. Cela devient un essai sur le fait de se plier en quatre pour tenter une compréhension libérale, ponctué de moments choquants où Ljoha grogne contre ses efforts, jetant tout semblant de civilité par la fenêtre.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.