Skip to content
L’OTAN décidera du plus grand déploiement depuis la guerre froide – El Pais – RT World News


Le bloc militaire pourrait envoyer des divisions entières sur son flanc oriental pour dissuader la Russie, rapporte El Pais

Le prochain sommet de l’OTAN à Madrid pourrait voir le bloc militaire décider d’envoyer des milliers de soldats aux portes de la Russie, a rapporté dimanche le journal espagnol El Pais, citant ses sources. Le bloc, qui est fixé à « réinventer » lui-même la semaine prochaine, aurait également coupé tous les liens avec Moscou, a ajouté le journal.

Les États membres de l’OTAN sont prêts à faire de l’Europe de l’Est un « fort » hébergeant des milliers de soldats et une grande quantité de matériel militaire dans la crainte d’un éventuel assaut russe, a expliqué El Pais, citant des sources proches des négociations, qui se déroulent toujours au quartier général du bloc militaire à Bruxelles avant le sommet prévu le 28 juin. 30.

L’organisation dirigée par les États-Unis « veut envoyer le message qu’il est sur le pied de guerre » et prêt « pour répondre à toute agression », disait le journal. L’OTAN utilisera également le sommet pour augmenter les dépenses de défense nationale et le financement conjoint du bloc, a-t-il ajouté.


La « Le principal débat à Madrid sera entre les pays d’Europe de l’Est [states]qui voudraient transformer les bataillons en brigades lourdement armées stationnées en permanence sur leurs territoires, et [others]comme les États-Unis ou l’Allemagne, qui préfèrent poursuivre la stratégie actuelle de rotation des forces, renforcée en cas de crise ou de conflit », Jamie Shea, un ancien haut responsable de l’OTAN qui dirige actuellement le Centre d’études sur la guerre à l’Université du Danemark du Sud, a déclaré à El Pais.

Même si le bloc décide pour un « déploiement plus léger » stratégique, les membres d’Europe de l’Est pourraient voir les forces de l’OTAN actuellement stationnées à l’intérieur de leurs frontières doublées. Les groupes stationnés en Pologne et dans les États baltes, qui comptent désormais entre 1 000 et 1 600 soldats, doubleraient de taille et auraient également « une plus grande autonomie » et « des armes plus sophistiquées », selon El País.

Cependant, si Tallinn, Riga et Vilnius font passer leurs demandes, le renforcement de l’OTAN pourrait potentiellement impliquer des divisions entières – des unités massives pouvant compter jusqu’à 15 000 soldats commandées par des généraux, a déclaré El Pais. La Lettonie, la Lituanie et l’Estonie auraient demandé entre 15 000 et 50 000 soldats au total.


L’OTAN décidera du plus grand déploiement depuis la guerre froide – El Pais – RT World News

À la mi-juin, Reuters, citant des diplomates et des hauts responsables des principaux pays de l’OTAN, a signalé que les États baltes ne recevraient pas le renforcement demandé. La région accueillait déjà environ 5 000 soldats multinationaux avant l’attaque russe contre l’Ukraine en février.

Le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak, a confirmé plus tôt dimanche que Varsovie aimerait également voir un groupe-brigade de l’OTAN déployé sur son territoire, ajoutant que le flanc du bloc nécessiterait « une attention particulière depuis longtemps. »

L’OTAN a également doublé sa présence dans les États membres limitrophes de l’Ukraine depuis le début de l’opération militaire russe fin février. Ensemble, la Hongrie, la Roumanie, la Slovaquie et la Bulgarie accueillent actuellement environ 40 000 soldats de l’OTAN, selon El Pais. Les forces de l’OTAN dans la région comprennent également 130 avions de combat en alerte maximale et 140 navires de guerre, ajoute le journal. La présence militaire américaine en Europe est également passée de 70 000 à 100 000 depuis février.

Le bloc changera radicalement la façon dont il perçoit officiellement la Russie en mettant à jour son concept stratégique, a rapporté El Pais. Jusqu’à présent, Moscou a été définie comme une nation posant « aucun danger » au bloc, tandis que les relations avec la Russie ont été décrites comme ayant « importance stratégique ». Le nouveau concept verrait la Russie définie comme une « menace directe et imminente » qui pourrait potentiellement attaquer n’importe quel État membre de l’OTAN, a déclaré le journal, citant ses sources. Le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a également averti que la Russie serait qualifiée de « menace » dans la mise à jour de la stratégie.

La Chine, qui n’a pas été nommée dans le concept auparavant, apparaîtra également dans le nouveau document. Il s’appellera « un enjeu géostratégique et systémique », une désignation qui indique la réticence des membres européens de l’OTAN à tendre les relations avec Pékin, selon El Pais.

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.