LR demande que le discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne soit décompté de la campagne Renaissance

Le parti de droite a saisi la Commission nationale des comptes de campagne et l’Autorité de régulation de l’audiovisuel et de la communication numérique au sujet de ce discours, qu’il qualifie d’« opération de propagande électorale ».

Publié


Temps de lecture : 1 min

Le chef du parti Les Républicains à l'Assemblée nationale, le 10 avril 2024. (JULIEN DE ROSA / AFP)

Un discours qui interroge la droite. Jeudi 25 avril, les Républicains ont contacté la Commission nationale des comptes de campagne et du financement politique (CNCCFP) ainsi que l’Autorité de régulation de l’audiovisuel et de la communication numérique (Arcom) afin que le discours d’Emmanuel Macron sur l’Europe à la Sorbonne, qu’ils qualifient « opération de propagande électorale »être compté à partir de la campagne de la Renaissance.

« Cette manifestation ne peut être considérée comme l’action internationale du chef de l’Etat car elle constitue une opération de propagande électorale en soutien à une liste », écrit le patron du parti Les Républicains, Eric Ciotti, dans deux lettres consultées par France Télévisions. Considérant que le discours d’Emmanuel Macron « est une opération de communication liée aux élections » Élections européennes du 9 juin « dans le cadre du soutien officiel » à Renaissance, la droite demande à la CNCCFP de « bonne prise en compte des dépenses (…) au sein du compte de campagne » de la liste conduite par Valérie Hayer.

Eric Ciotti précise que sa demande concerne le « les coûts directs et indirects ainsi que les divers avantages en nature reçus ». Concernant Arcom, les Républicains réclament qu’elle soit comptabilisée « à partir du temps de parole de la liste conduite par Mme Valérie Hayer, l’intégralité du discours du Président de la République ».