Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

L’UE confirme son intention d’interdire les diamants russes


L’UE a confirmé qu’elle allait frapper l’industrie diamantaire russe dans le cadre de sanctions à venir, ce qui créerait des problèmes au géant minier Alrosa et à des dizaines d’autres sociétés.

« Nous sommes en train de préparer le 12e cycle (de sanctions) (…), en particulier sur la manière de réduire les revenus que la Russie tire de ses exportations de diamants vers l’Europe et ses partenaires », a déclaré vendredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à Bruxelles. (29 octobre).

Elle a pris la parole après avoir rencontré les 27 dirigeants de l’UE, dont les premiers ministres russophiles de Hongrie et de Slovaquie, Viktor Orbán et Robert Fico.

« Nous continuerons à fournir des munitions indispensables… (et) une aide financière (à l’Ukraine) », malgré la guerre à Gaza et malgré les voix pro-russes au sommet de l’UE, a promis von der Leyen.

La commission finalise également des projets juridiques visant à confisquer les « bénéfices exceptionnels » provenant de 211 milliards d’euros d’argent russe gelé dans les capitales de l’UE, a-t-elle ajouté.

« L’idée est de les regrouper puis de les acheminer en bloc via le budget de l’UE vers l’Ukraine, pour la reconstruction de l’Ukraine », a-t-elle expliqué.

Von der Leyen a joué un rôle de premier plan dans la politique étrangère de l’UE à l’égard de Gaza au cours des deux dernières semaines et elle a également formé Orbán à sa rencontre avec le président paria russe, Vladimir Poutine, en Chine la semaine dernière.

« Un dirigeant (Orbán) est libre et souverain de choisir ses interlocuteurs, mais ce dont nous avons besoin c’est de transparence si le contenu de la discussion affecte les intérêts de l’Union européenne », a-t-elle déclaré.

Orbán a déclaré vendredi à la presse que la stratégie de l’UE concernant l’Ukraine « a échoué » et que « les Ukrainiens ne gagneront pas sur la ligne de front ».

Pour en revenir aux diamants, le département commercial de la commission a travaillé avec le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis pour retracer et interdire les pierres russes.

Les pays riches du G7, qui représentent 70 % de la demande mondiale de diamants, devraient annoncer leur embargo sur les diamants ce week-end ou au début de la semaine prochaine.

L’UE-27 reproduira le régime du G7 lors de sa 12e série de sanctions contre la Russie d’ici la fin de l’année, a déclaré un diplomate européen.

Et sur la base des précédentes sanctions sectorielles de l’UE contre l’industrie russe, les mesures de l’UE-27 pourraient bien s’accompagner de listes noires de sociétés diamantaires russes et de leurs patrons.

Le géant minier Alrosa et Agd Diamonds sont les plus grands producteurs russes de pierres brutes.

Alrosa compte à elle seule plus de 50 filiales, notamment à Anvers (Belgique), Naples (Italie) et au Luxembourg.

Une vingtaine d’autres grandes entreprises russes s’occupent de la taille, de la transformation, du commerce et de la fourniture d’équipements des diamants.

Il s’agit notamment de M. Suresh Vladivostok, qui fait partie du groupe anglo-sud-africain De Beers, signe de la façon dont une interdiction stricte de l’UE aurait des répercussions dans le monde entier.

La société russe TBSS fournit également des pierres précieuses aux plus grandes marques occidentales telles que Chanel, Christian Dior, Christies et Cartier.

L’entreprise germano-suisse Liebherr a vendu cette année 68 machines d’excavation à la Russie pour une valeur de 16 millions de dollars. La société suédoise Sandvik a vendu pour 3,4 millions de dollars d’appareils de forage, dans une technologie que des sociétés comme Alrosa auraient du mal à remplacer.

Von der Leyen n’a pas mentionné vendredi les propositions de sanctions de la Lituanie et de la Pologne, qui incluent l’ajout d’interdictions sur les industries nucléaires et du gaz liquide russes au 12 paquet.

Peur des pipelines

Mais le Premier ministre finlandais Petteri Orpo a informé le sommet européen des enquêtes menées sur les personnes ayant endommagé un gazoduc et deux câbles de télécommunications dans la mer Baltique au début du mois.

« Nous avons des raisons de croire que les cas du Balticconnector (pipeline) et des câbles de communication sont liés », a déclaré le Premier ministre estonien Kaja Kallas.

L’incident survient alors que l’UE et l’OTAN s’inquiètent de la sécurité des infrastructures sous-marines à la lumière de l’agression russe en Europe.

Les investigations portent sur deux cargos appelés NewNew Polar Bear et Sevmorput qui se trouvaient dans la zone à ce moment-là.

NewNew Polar Bear appartient à des Chinois mais s’est arrêté dans l’enclave russe de Kaliningrad avant l’incident. Sevmorput appartient à des Russes.

« L’OTAN et ses alliés intensifient leurs patrouilles dans la mer Baltique suite aux récents dommages causés aux infrastructures sous-marines dans la région », a déclaré un porte-parole du commandement maritime allié de l’OTAN à EUobserver.

L’OTAN dispose déjà d’une cellule de coordination pour les infrastructures sous-marines critiques et construit un centre maritime plus grand pour la sécurité des infrastructures sous-marines critiques à Northwood, au Royaume-Uni.

L’« équipe de base » de Northwood a « été créée », a déclaré le porte-parole de l’Otan.

Et la cellule « a partagé des informations d’intérêt mutuel avec les alliés concernés. Elle continue de suivre de près la situation et reste en contact étroit avec ses alliés, l’Estonie, la Finlande et la Suède, partenaire (de l’OTAN), » a-t-il ajouté.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page