Skip to content
L’UE revient à l’ère du charbon – médias


Plusieurs membres du bloc ont annoncé des plans d’urgence pour stimuler l’utilisation du «carburant sale» au milieu de la pénurie de gaz russe

Un certain nombre de pays de l’UE ont lancé des plans d’urgence visant à réduire et à rationner l’utilisation du gaz naturel et à relancer la production d’électricité au charbon, a rapporté mardi Business Insider.

Cette semaine, l’Allemagne, l’Autriche et les Pays-Bas ont annoncé que l’électricité produite au charbon pourrait les aider à faire face à une crise énergétique l’hiver prochain. Le vice-chancelier allemand et ministre de l’Économie, Robert Habeck, a déclaré que le pays avait fait un « amer» décision de redémarrer les centrales au charbon.

« Mais si nous ne le faisons pas, nous courons le risque que les installations de stockage ne soient pas suffisamment remplies à la fin de l’année vers la saison hivernale. Et puis on est chantage au niveau politique», a-t-il déclaré, cité par Reuters. L’Autriche a également annoncé qu’elle convertirait une centrale électrique au gaz pour fonctionner au charbon en cas d’urgence, tandis que les Pays-Bas ont supprimé leur limite sur la production d’énergie générée par le charbon.

Des rapports indiquent également que les centrales électriques au charbon italiennes ont fait le plein de charbon au cours des derniers mois.

Lire la suite

L’Autriche suspend la transition énergétique verte – médias

Pendant ce temps, les Pays-Bas et le Danemark ont ​​également annoncé lundi des plans d’urgence qui impliquent un rationnement du gaz en cas de pénurie d’approvisionnement. L’Italie envisage également de déclarer un état d’alerte sur l’énergie, a rapporté Reuters, citant des sources, ce qui signifie que le pays pourrait également commencer à rationner le gaz aux utilisateurs industriels. L’Allemagne et l’Autriche ont déjà lancé des plans d’urgence de même nature.

Le passage des aspirations « d’énergie verte » sans charbon de l’UE au « carburant sale » est intervenu après que le principal fournisseur de gaz du bloc, le russe Gazprom, a réduit ses livraisons de 60% la semaine dernière via le gazoduc Nord Stream. Cela s’est produit après que le fournisseur de maintenance allemand Siemens n’a pas renvoyé les unités de pompage des réparations au Canada, en raison des sanctions anti-russes d’Ottawa.

Lire la suite

L’UE revient à l’ère du charbon – médias
La Russie réduit le flux de gaz vers l’UE

La Russie a souligné que cette décision était due à des raisons purement techniques, car l’installation qui pompe le gaz de la Russie vers l’Allemagne et plus loin en Europe n’est pas en mesure de fonctionner à sa capacité normale, avec seulement trois unités de pompage sur huit en fonctionnement.

« Nous avons du gaz, il est prêt à être livré, mais les Européens doivent rendre le matériel, qui doit être réparé dans le cadre de leurs obligations,», a déclaré lundi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par Reuters.

Les responsables européens ont cependant qualifié la décision de politique. Le bloc dépend de la Russie pour 40% de ses besoins en gaz naturel et la réduction des livraisons constitue une menace pour la sécurité énergétique de l’UE. La demande de gaz naturel est actuellement assez élevée dans la région, car la chaleur estivale oblige les Européens à intensifier l’utilisation de systèmes de refroidissement. Cependant, la situation peut s’aggraver à l’approche des mois d’hiver, lorsque la consommation de la saison de chauffage est beaucoup plus élevée.

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section commerciale de RT

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.