Skip to content
L’usine d’un géant de la chimie pourrait fermer en raison d’une pénurie de gaz


L’allemand BASF pourrait fermer sa plus grande installation en raison de la réduction de l’approvisionnement en gaz russe, rapporte le journal

Le géant allemand de la chimie BASF pourrait être contraint d’arrêter la production de la plus grande usine chimique du monde à Ludwigshafen, a rapporté lundi le Wall Street Journal, citant des pénuries de gaz russe bon marché et abondant.

Selon le rapport, BASF utilise le gaz naturel russe depuis des années pour produire de l’électricité et comme matière première pour les produits qui en font du dentifrice, des médicaments et des voitures. Cependant, la diminution des approvisionnements en gaz russe s’avère une menace pour le vaste centre de fabrication de l’entreprise, indique-t-il.

« Réduire la production sur ce site sera une tâche énorme », a déclaré l’économiste principal de BASF, Peter Westerheide, cité par le WSJ. « Nous n’avons jamais vu de telles situations auparavant. C’est difficile à imaginer. »


D’une superficie d’environ dix kilomètres carrés, le complexe de Ludwigshafen, qui compte quelque 200 usines, représente environ 4 % de la demande totale de gaz en Allemagne. Environ 60 % du gaz utilisé à l’usine est destiné à produire de l’électricité, tandis que les 40 % restants sont des matières premières pour la production de produits chimiques, dont l’ammoniac et l’acétylène.

BASF estime que si le complexe chimique continue à recevoir plus de 50 % du volume maximal de gaz, les opérations pourraient être poursuivies. Sinon, les travaux du complexe devront être arrêtés.

Plus tôt ce mois-ci, les flux de gaz russe vers l’Allemagne via le gazoduc sous-marin Nord Stream ont été réduits de 60 % en raison de problèmes techniques liés aux sanctions occidentales contre Moscou. En réponse à la crise, le gouvernement allemand a lancé la deuxième phase « d’alerte » de son plan d’urgence gaz à trois niveaux. Berlin a averti qu’il faisait face à une grave pénurie de carburant dans un contexte de diminution des flux en provenance de Russie.

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section commerciale de RT

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.